Col des Bordères, Col de Soulor, Col d’Aubisque


Le Cirque du Litor, après le Col du Soulor en direction de l'Aubisque

Ce Col de Bordères fût grimpé par le versant Ouest (2ème catégorie) deux fois par le Tour en 1987 (passage en tête de Van Vliet) et en 1989 (Indurain). Le Col du Soulor, 18 fois, il faut le classer comme 1ère catégorie (voire HC, en 1982).  L’Aubisque a vu le Tour à 43 reprises dont deux fois comme arrivée au sommet (en 1985 et en 2005). Il est régulièrement classé hors catégorie par le versant Ouest.

Ce qu’il y a de bien avec les Pyrénées, c’est qu’il y a une densité impressionnante de cols et côtes intéressants, sauvages, et difficiles. Du coté d’Argelès-Gazost par exemple, les parcours possibles sont légions et quelques cols légendaires empruntés par le Tour de France côtoient des cols beaucoup moins connus mais non moins remarquables à grimper et qu’il ne faut pas ignorer.


La route du Soulor

En partant d’Argelès donc, le Soulor et l’Aubisque sont des passages obligés ; mais le trajet peut être agrémenté de cols supplémentaires, routiers ou sur chemins.

Au lieu de se précipiter au Col du Soulor par la route classique du Tour de France via Aucun (D102), passons plutôt par le Col de Bordères à 1156m d’altitude. En débutant par la D102 jusqu’à Arras en Lavedan pour redescendre ensuite et rejoindre la D103 qui peut également être atteinte par Arcizans Avant à partir d’Argelès.

La route du Col de Bordères est une petite route tranquille, beaucoup plus tranquille que cette Route des Pyrénées (D102) qui nous mène directement au Soulor. La montée au Col des Bordères est très irrégulière, avec une alternance de forts pourcentages et de faux plats, elle n’est pas particulièrement difficile mais elle n’est pas facile non plus. Il faut compter 14 kilomètres à 5% pour une dénivellation de 700m. Cela permet d’ajouter de la difficulté dans un parcours vers l’Aubisque. Lors de l’ascension, nous passons au petit village d’Estaing pour tourner à droite en direction du col.

Il est aussi possible de poursuivre tout droit pour rejoindre en 5 kilomètres supplémentaires le Lac d’Estaing (1166m, montée irrégulière de 15,5 kms à 4,6%). Il parait qu’il est magnifique. Encore une ascension de plus à faire, on peut l’ajouter facilement au parcours.


Après le Col des Bordères, le Col d'Esplaous à 1038m

Au Col des Bordères, la descente est rapide et pentue vers Arrens. Avant d’arriver au village, prenons plutôt à gauche la route qui grimpe dans de bons pourcentages au hameau d’Esplaous. C’est un cul de sac, et un col : le Col d’Esplaous à 1038m. Il n’y a pas de panneau, mais la tranquillité des lieux et la vue sur les montagnes compensent largement.
Redescendu sur Arrens, nous prenons la route du Tour de France, la fameuse D102. C’est la partie finale du Col de Soulor, avec une montée sans répit de 7 kms environ à des pourcentages souvent élevés (plus de 8% de moyenne), parfois à plus de 10%. La montée est magnifique, la route en parfait état serpente en nous laissant découvrir quelques vues superbes sur les montagnes. L’arrivée au Col de Soulor à 1474m est un vrai plaisir et le paysage grandiose. Là haut, plusieurs pistes partent du col, pour rejoindre d’autres cols. Prenons à gauche pour aller au Col de Saucède à 1525m d’altitude. C’est rapide et, là encore, il n’y a pas de panneau au sommet mais le paysage ne nous fait pas regretter d’avoir prolongé jusque là. Au col, nous pouvons admirer en contrebas la route qui poursuit vers l’Aubisque par le Cirque du Litor.

Revenons au Soulor et poursuivons vers l’Aubisque par le fameux Cirque du Litor donc et cette route perchée. Mieux vaut ne pas rater un virage. Une descente rapide, puis il faut remonter, la route est plus longue que difficile ; surtout quand le temps se couvre franchement. Nous passons la stèle Win Van Est, maillot jaune en 51 qui chuta de 70 mètres ici même. Le brouillard se fait de plus en plus dense, nous ne voyons arriver le Col d’Aubisque que par ces panneaux qui jonchent la route et qui nous indiquent l’altitude, la pente et la distance qu’il reste à parcourir jusqu’au sommet. Il ne faut pas se laisser impressionner par ce panneau qui indique une pente à 10% sur 1 km, ces 10% de moyenne sont totalement fictifs.
Le Col d’Aubisque et ses 1709m propose un panorama grandiose ; par beau temps. Au sommet, il y a deux possibilités pour se restaurer, préférons le petit bâtiment coté ouest à l’accueil plus aimable plutôt que le premier qui s’offre à nous.
A proximité du col se trouvent coté nord le Col de Noulatte (1804m), coté sud le Col de Casteix à 1695m. Tous deux se trouvent sur des chemins facilement accessibles. Nous ne voyons pas à plus de 50 mètres, nous renonçons.


Vers le Col de Mauben, en bas, la route du Soulor versant Nord

La descente et le retour au Soulor se font sous un brouillard tenace. Le Soulor est désormais dans le brouillard également, la luminosité est faible et les marcheurs ont déserté le lieu. Il reste d’autres cols. Pour cela, il faut prendre la piste opposée à celle du Col de Saucède. Elle s’en va vers le nord, contourne par l’ouest le Cap d’Août et ses 1654m, surplombe la route du Soulor et rejoint Etchartes (versant nord). La piste est large, en bon état, la vue est déjà impressionnante, elle doit être grandiose par beau temps. Nous rejoignons le Col de Mauben à 1549m. Là encore pas de panneau, il semble que cela soit très courant dans ce massif pour les cols non routiers. Beaucoup sont indiqués par des panneaux de direction et sur les cartes, mais peu le sont sur place. Nous éprouvons des difficultés à localiser le col, et il y a plusieurs pistes. Le brouillard n’aide pas à se repérer. Un peu plus loin, nous atteignons sans difficulté le Col de Soum à 1532m qui est géographiquement bien marqué (mais toujours pas de panneau) et qui domine le Lac de Soum. Au col, nous hésitons à prendre à droite ou à gauche. Finalement, nous prenons à gauche et le choix sera le bon pour atteindre un peu plus loin le Col de Cantau à 1529m d’altitude. Là bas, un petit refuge au croisement des pistes (ski de fond en hiver). Il nous faut continuer vers le nord et le Col de Berbeillet et ses 1569m. Cette fois, ça se gâte, le chemin disparaît, la nuit tombe, la pluie aussi. Nous peinons à rester debout à coté des vélos car le terrain est particulièrement raide, nous avons probablement quitté le GR, il n’y a vraiment plus de chemin. Trempés, nous rebroussons chemin pour revenir au Col de Soum prendre la piste opposée. Elle ramène par un chemin plus ou moins pentu à la route du Col de Soulor.

La descente se fait sous une pluie battante, je m’aperçois que j’ai perdu mon compteur dans la descente boueuse et caillouteuse du Col de Soum. Coup au moral, je reviendrai demain en espérant le retrouver (et je le retrouverai). La route jusqu’à Argelès est assez longue. Sous un temps de chien, et de nuit, nous décidons de rallier un autre col. A Arras en Lavedan, nous prenons de nouveau la route qui part vers le Col de Bordères ; mais cette fois, à une intersection nous prenons la direction d’Argelès et d’Arcizans Avant. La montée n’est pas difficile, il doit y avoir environ 200m de dénivelé. Nous arrivons au village de nuit, à Arcizans Avant (634m), le col semble évident mais n’est pas signalé par un panneau. La descente vers Argelès se fait rapidement. C’est terminé pour aujourd’hui, et nous espérons une amélioration du temps.

La « belle » descente de l’Aubisque, le passage des deux tunnels au cirque du Litor, le Col de Soum, le Col de Cantau, la route du Soulor:

 


Parcours cycliste 329014 – powered by Bikemap
rédacteur du site
  1. Elie
    Quels héros !!! Affronter de telle ascensions dans ces conditions, c'est grandiose ! Le cirque du Litor a l'air magnifique malgré le temps ! J'ai vraiment envie d'aller faire un tour du côté des Pyrénées. Merci pour ces photos superbes et bonne continution dans vos tres belles ascensions !!!
  2. Will
    Quelle journée. Au moins pas de neige est pas de vache morte. Il faut ajouter des panneaux pour les cols moins connu pour que je puisse les trouver l'année prochaine ;)
  3. Bastien
    Merci à vous deux ! Will, pour les panneaux, je crois que tu vas devoir écrire cet hiver aux mairies du coin, ou au club de randonnée :)
  4. Idris
    Tu as fait cette superbe balade le 11 octobre. ce jour là, j'étais dans l'autre vallée (celle de Arreau) dans le col de Peyresourde sous la pluie... J'ai uen question, commet as-tu su qu'il y avait tous ces cols aux alentours du Soulor et de l'Aubisque?? J'ai beau habiter dans le coin, il y en a certains, je n'en avais jamais entendu parlé... A+ Idris
  5. Bast
    Salut Idris, En fait, le 11 octobre est la publication de l'article, nous avons fait ce parcours fin septembre. Pour connaître les cols, nous sommes membre du club des 100 Cols, et nous avons des fichiers (sur Google Earth par exemple) qui indiquent tous les cols, avec les noms, et leurs accessibilités (cyclable, routier, poussage facile etc.). Voilà comment nous repérons les cols d'une région.
  6. Idris
    Salut Bastien, Oui effectivement j'ai pas fait gaffe que c'était la date de publication lol. Ah oui effectivement c'est pratique d'avoir des fichiers google earth pour repérer les petits chemins comme ça. Tu as fait combien de cols au total?? En tout cas mes félicitations pour les cent cols!! Moi il m'en manque un petit paquet encore pour en être à 100...héhé A+

Laisser un message

*

captcha *