Col de Sarenne

 

Le Col de Sarenne relie, à 1999m d’altitude, le massif de Belledonne et celui des Grandes Rousses. L’ascension versant Ouest la plus directe débute dans la vallée de Bourg d’Oisans (700m environ) et par la même route qui nous emmène au col du Lautaret (D1091) en passant par le lac du Chambon à un peu plus de 1000m d’altitude. Mais cette route qui mène au barrage du Chambon n’est pas très enthousiasmante et il suffit de regarder une carte (ou d’avoir emprunté la route du col de Solude) pour savoir qu’il y a un itinéraire beaucoup plus intéressant, qui nous permet de rejoindre le barrage au départ de Bourg d’Oisans.

Pour cela, il faut commencer à grimper la première partie, la plus difficile (pente supérieure à 10%), de la côte de l’Alpe d’Huez. Comme d’habitude, les cyclistes se comptent par dizaines, les voitures et les bus sont assez présents. C’est au village de La Garde qu’il est alors nécessaire de changer de route, d’oublier (presque) toute circulation quelle qu’elle soit. Direction la route de l’Armentier qui, après le court replat à la Garde, grimpe dans des pourcentages soutenus sans être excessifs. La route nous emmène à une altitude de 1350m environ et offre un superbe panorama sur la région (et une vue sur le col de Solude en face). La descente qui suit permet d’arriver au Freney d’Oisans à un peu plus de 900m d’altitude et de retrouver la route du Barrage du Chambon un peu en contrebas.

Au lac, pour rejoindre le col de Sarenne (désormais distant de 13 kms à 7,5% de moyenne et 1045m de dénivellation dont 6,5 kms à 8,9%), il faut prendre la route qui grimpe fortement jusqu’au village de Mizoen. C’est là que la route propose un replat et même une courte descente à la sortie du village avant de continuer à grimper dans de forts pourcentages. L’arrivée au Perron via une petite route étroite en excellent état marque un changement car c’est à partir de ce village que l’on entame les derniers kilomètres dans un paysage sauvage et sur une route en lacets pentue avec plusieurs passages supérieurs à 10%.
Le col peut finalement être assez fréquenté en été avec de nombreux randonneurs. Au sommet, il y a seulement un panneau de randonnée pour indiquer l’altitude mais pas de panneau de col routier. Il y a également un refuge, le refuge de Sarenne.

L’autre versant est une route beaucoup plus dégradée, mais entretenue, qui ramène en descente (avec tout de même une dernière montée assez courte) à la station de l’Alpe d’Huez.

Merci à Mathieu qui m’a accompagné, superbe sortie !

 


Parcours cycliste 650540 – powered by Bikemap
rédacteur du site
  1. PhilippeF
    bravo! j'ai pu admirer ce coin depuis la montagne d'en face (les 2 Alpes) hier, et c'est vraiment magnifique...
  2. bigdams
    Bonjour, très beau col en effet, que j'ai toujours fait dans l'autre sens depuis l'Alpe d'huez ! Depuis le Freney d'Oisans, j'ai pris également la route direction Auris puis le balcon jusqu'à la Garde. Cette montée est d'ailleurs très raide depuis le Freney et bien difficile après la montée de l'Alpe d'huez et du col de Sarenne. Est-ce quelqu'un sait si la route menant au col de Cluy (avant Auris en Oisans) est circulable en vélo de route ? Je me demandais en regardant la carte tout à l'heure. Je me ferais bien un "nouveau trip" du genre du col du Sabot ! Merci pour vos éventuelles réponses.
  3. Simon
    @bigdams A ma connaissance la route jusqu'au col de Cluy (et col de Maronne) est cyclable mais pas sur du goudron : longue piste bien large. Donc je dirais que tout dépend de la largeur de tes pneus...
  4. Bast
    Exactement, vérifié sur place.
  5. veyret bruno
    Bonsoir, Excellents renseignements au sujet des 2 cols voisinant AURIS, (Maronne et Cluy), donc, ils sont pratiquables en vélo de route, mais quelle est à peu près les difficultés (longueur et dénivellé...), car rajouté à la Montée sur Auris et à celle du col de Sarenne çà risque de faire beaucoup.... J'avais envisagé un petit tour avant l'automne, mais maintenant cela va dépendre essentiellement des conditions météo. Merci
  6. Bast
    Bonsoir Bruno, Pour préciser, oui, je pense, d'après ce que j'en ai vu que ce sont des pistes praticables en vélo de route. Bien sûr, il est préférable d'avoir des pneus plus épais qu'un vélo de route classique, pour plus de confort et moins de risque de crevaison car même si les pistes sont en bon état ça reste des routes non goudronnées. La difficulté n'est pas extrême, un peu moins de 15 kilomètres avec souvent des pourcentages entre 7 et 9% apparemment. On peut envisager de grimper par Auris puis col de Cluy et col de Sarenne, le col de Maronne se faisant par un détour (dans la montée du col de Cluy par exemple), on peut aussi rejoindre le col de Maronne puis contourner le signal de l'homme pour aller sur le col de Cluy. Mais là, je crois qu'il vaut mieux ne plus hésiter entre vélo de route et VTT: prendre le VTT.
  7. Simon
    Ce qui peut être intéressant à faire également c'est de faire l'ascension (normale) du col de Sarenne puis en prenant la route qui rejoint l'Alpes d'Huez à mi distance, il y'a un croisement avec la piste qui redescend sur le col de Cluy. Elle continue ensuite jusqu'au village d'Auris en Oisans (La station) et de là il ne reste qu'une légère montée pour aller au col de Maronne à 1697m. Dans tous les cas, bonne sortie.
  8. veyret bruno
    Bonsoir, Merci à Bast et à Simon, j'y vois un peu plus clair, et je vais étudier la meilleure solution (pour moi) en fonction de divers paramètres (temps, météo...), de toutes façons, mon idée première était de laisser la voiture à Bourg- d-Oisans et de prendre la route de l'Alpes-D'Huez puis rejoindre le barrage de Chambon par Auris, (de façon à éviter la circulation de la RN 91. ) avant de monter le col de Sarennes, pour les autres, soit je les fait avant (en redescendant à chaque fois), soit je prend l'option de Simon. On verra en Septembre...... Pas ce samedi-là, car je pense refaire le Relais du Chat une nouvelle fois, mais côté Est ( Le Bourget) ensuite manger une bonne friture du lac au "relais des aigles"....
  9. veyret bruno
    Bonsoir à tous, Et merci à SIMON et à BAST pour les infos concernant les itinéraires. Magnifique randonnée , sans vos infos, je n'aurais jamais imaginé l'intinéraire, qui ne figure sur aucune carte routière et mes vieilles IGN ne les figurent qu'en sentier. Ce matin, voyant le temps calé sur le beau, la décision fut vite prise; 100km et 1H30 plus tard j'étais à pied d'oeuvre à BOURG D'OISANS, 5 mn plus tard au pied de l'Alpes où j'attaquais la montée avec un duo allemand (dont un parlait français), je sentais des courbatures (peut-être les travaux d'équilibriste de la veille....) mais à plusieurs, impécable, la route jusqu'à LA GARDE fut avalée sans qu'on s'en aperçoivent. Un peu plus haut, dans le village d'ARMENTIER, tout à gauche,la chaîne, et aussi le bonhomme, je ne sais pas pourquoi, mais quand c'est dur j'ai la facheuse tendance à rouler à gauche.... Il faut dire que dans ce coin, vu l'étroitesse de la route...., La route de la roche est vraiment impressionnante, 600 m d'à pic, on n'est séparé du vide que par un parapet de 40cm de haut, peut-être suffisant pour les voitures, mais un bon tremplin pour les vélos, en cas de chute, on a pa s de soucis à se faire pour l'avenir, c'est un direct pour la ROMANCHE. Après ce passage aérien un descente nous ramène sur la RD 1091 (FREYNET D'OISANS). Le col de SARENNES m'a paru dur, avec des passages dépassant allègrement les 10%, je suis arrivé au sommet un peu "cramé", mais vu le paysage, on oublie vite.... Après 2 km de descente, commence la piste amenant au col de CLUY, 2 randonneurs postés ici, semblaient très étonné de me voir me lancer en vélo route sur la piste, mais je leur répondit simplement: "j'ai des infos sûres quant au passage", pendant cette dicussion, mes 2 allemands me saluèrent, après l'ALPES, ils vont revenir dans la vallée par le col de SARENNES. Moi, avec un peu d'appréhension, je me lançais prudemment dans la descente, aucun problème, il suffit de regarder où on met ses roues, un autre randonneur m'indiqua que juste avant le col de CLUY, il a une piste qui rejoint le col de MARONNE, puis AURIS. Fort de ses précieuses indications, plus de soucis, après avoir admiré le panorama au col de CLUY, demi-tour et c'est reparti: la vue sur l'ALPES D'HUEZ est magnifique , le sentier est très carrossable (quand on a circulé sur le col de PARPAILLON, on sait apprécier des chemins corrects). Après AURIS, descente (avec le max de prudence), quelques arr^ts au niveau de la route de la roche, c'est extraordinaire... Comment peut-on s'amuser à faire passer des routes dans des endroits pareils?. retour sur la descente de l'ALPES et en arrivant à BOURG D'OISANS le compteur affichait 62 km, mais il doit bien y avoir 17/1800 m de dénivellé, la plupart du temps aux environ de 10%. Mais je recommande cette randonnée magnifique, à faire par beau temps, et pour les plus courageux, on peut rajouter l'ALPES D'HEZ et retour par VILLARD RECULAS, ou le col de SOLUDE.....
  10. Bast
    Super compte rendu Bruno, merci !
  11. veyret bruno
    Bonsoir à tous, Merci, mais je pense qu'il est tjrs intéressant de raconter un peu son ressenti, et je viens de découvrir un itinéraire "de sortie" pour les cols de CHAMP LAURENT et du GRAND CUCHERON, grâce à vos infos.... Ces 2 cols sont aussi un projet, maintenant ça va peut-être être un peu juste, mais on verra bien. En fait j'aime bien les "pistes" abordables en vélo de route, ellesamènent souvent en des lieux méconnus et très jolis. Si un jour, j'ai un peu de temps, j'essayerais de "broder" une petite prose sur mes ascençions passées.
  12. Matthieu
    J'adore ce col! La route Allemont - Villard Reculas - Alpe d'Huez est nettement moins fréquentée et pentue que la célèbre montée des 21 lacets. Elle offre, dans sa dernière portion, une vue vertigineuse sur Bourg d'Oisans. Vous en avez certainement déjà parlé sur le site, mais rappeller son existence ne peut qu'être utile! Merci beaucoup pour le CR, (Un autre) Matthieu
  13. veyret bruno
    Bonsoir à tous, J'ai un peu de temps et en cette saison "morte" (pour les randos montagnardes) un peu de nostalgie... Une aventure, c'était en 2005, fin juillet, le jour où j'ai fait peut-être ma rando la plus dure... Partant de LANSLEBOUG, montée du Mt CENIS, sans réel problème, puis descente sur SUZA (on a vraiment l'impression de descendre au fond d'un goufre), il est vrai que cette vallée est particulièrement encaissée. C'est à partir de cette localité, pas franchement terrible que les choses se corsèrent, le temps de me tromper d'itinéraire, de chercher la bonne route, et l'escalade du col des Finestre commença... La 1ère partie, en lacets serrées, au milieu des bois, sur une route d'excellent qualité est vraiment très agréable, mais au bout d'un moment la solitude commença à me gagner: qu'allait-je pouvoir faire s'il m'arrivait un problème? je n'avais, depuis le début (7/8km) pas rencontré âmes qui vivent, et je savais que les 8derniers km n'étaient pas goudronnés..... C'est au moment où ces pensées noires commençaient vraiment à me faire douter que je rattrapais un groupe de cyclos, chargés jusqu'aux oreilles (tout le bardas de survie sur un 2 roues!!! )en les doublant, j'y suis allé d'un glorieux "bonjour" et ma surprise fut de les voir me répondre dans notre bonne vieille langue... Je cheminais quelques centaines de mètres avec eux, enfin je n'étais plus seul.... Plus de raison de douter de quoique ce soit.... Arrivé à la cabane devant laquelle commence la piste, je ne me doutais pas du tout de l'état de celle-ci: complètement défoncée par les engins motorisés... je cheminais à 8 km/h avec la peur de voir mes roues bloquées par les parpaings ou s'enterrées dans les parties gravillonnées... une vraie galère, heureusement avec de temps en temps des acalmies...8km à 9% de moyenne sur ce chantier, qui s'ajoutent aux 9 autres avec le même pourcentage, sans parler de la descente, que j'ai effectué avec une prudence extrème (à la même vitesse que la montée) et Dieu soit loué, sans percer, un vrai miracle. De retour à la cabane, surprise: mes cyclos français, je les avais oubliés, ils avaient décidé de camper à cet endroit.... Arrivé à SUZE, il restait la remontée du Mt CENIS, côté italien, avec 1600m de dénivellé en 25 km, en ajoutant une circulation inimaginable (le tunnel du Fréjus était fermé), ce fut vraiment dur... et pénible... la partie la plus dure (Les échelles...) ne me posa finalement pas plus de pb que le reste, car je sentais la fin de mes déboires, c'était sans compter les vallonnements du lac, mais ensuite la descente sur LANSLEBOURG me libéra... 120km, 4000 m de dénivellé en 52km de montée..
  14. Bast
    Excellent récit Bruno, merci beaucoup. Cela doit être une superbe sortie ! Et je dois avouer que j'évite ce style de parcours, car ne sachant jamais ce qu'il peut arriver, et ayant 1 à 2 petites expériences, je préfère réduire la difficulté en fin de sortie (en cas de méforme, par exemple, juste avant l'ascension du Mt Cenis pour revenir à Lanslebourg). D'un autre coté, cela pousse aussi à rouler quelque soit la motivation... Par exemple, en partant de Lanslebourg, il y a beaucoup de cols accessibles et qui permettent, en cas de coup de fatigue, de se laisser redescendre jusqu'au point de départ. Hormis l'Iseran et le Mont Cenis, je ferais la montée au nord jusqu'au refuge de Bellecombe (route goudronnée qui monte à plus de 2300m) voire jusqu'au col de la Vanoise (en VTT, 2517m). Et je ferais également le col de la Met (2735m, et cyclable) par une piste qui domine le lac du Mt Cenis.
  15. bigdams
    Bonjour, Un petit tour ce samedi sur les routes du coin. Au départ à 8 h 30 à Bourg d'OIsans, premier constat, il fait très frais (4°C selon le thermomètre de la voiture) et je suis pas équipé pour ! Heureusement le pied de la montée à l'alpe permet très vite de se réchauffer. A la Garde, je bifurque sur la route des roches que je ne connaissais qu'à la descente. A la montée, c'est autre chose, on a le temps de profiter de la vue splendide, par contre en roulant à droite au bord du muret et de la falaise, j'avoue que j'ai préféré parfois mettre pied à terre et laisser passer les quelques voitures (très peu nombreuses) rencontrées. Ensuite montée jusqu'à la station d'Auris (pas très dur sur la partie finale) et descente sur le Freney d'Oisans. J'avais dans l'idée de monter aux deux alpes pour la première fois mais étais pas trop motivé par la route principale. Je suis donc reparti quelques km en direction de Bourg D'oisans (la nationale étant peu chargée, ça restait praticable) avant de tourner à gauche sur une route sans indication permettant de rejoindre la route des 2 Alpes plus haut. Et là, jolie surprise, une route tout d'abord assez raide dans une forêt dense, puis une traversée plus facile passant par le Ponteil (avec une partie encore très aérienne mais de l'autre côté de la vallée cette fois !). On arrive finalement aux Bons avant de rejoindre la route des 2 Alpes. Il reste alors 5 km d'ascension sans grand intérêt mais pas désagréable non plus (peu de circulation à cette période) jusqu'au 2 Alpes qui ne brille guère par son architecture (joli vue sur les monatgnes cependant). Descente sur le Chambon, j'avais dans l'idée un retour par la nationale jusqu'à Bourg d'Oisans mais la perspective de ces km sans grand intérêt et mes jambes étonnament fraiche m'ont incitées à poursuivre mon itinéraire en rentrant par le col de sarenne. Après le départ terrible jusqu'à Mizoen, la route devient un peu moins difficile et le décor permet de prendre beaucoup de plaisir. Toute la dernière partie sur une route gravillonnée et souvent raide fait mal aux jambes mais le décor est époustouflant. Finalement le col arrive et il faut s'éléver à pied quelques mètres depuis le col pour apprécier un des plus jolis point de vue du coin face au massif de la Meije ! Retour jusqu'à l'Alpe par une route raide au départ et pleine de gravillons. Malgré ma prudence j'ai frolé la chute sur le bas côté mais après avoir évité une marmotte et effectuer une brève mais fatigante remontée, arrivée à l'alpe d'huez. Il ne reste plus qu'à se laisser descendre à vive allure (quel constraste avec tous les cyclos qui montaient) jusqu'à Bourg D'oisans. Au final, une sortie qui me laisse un super souvenir, pas bien longue (seulement 85 km) mais très intense (plus de 2900 m de dénivellé). Dams
  16. Bast
    Salut Dams, Merci pour ce bon compte rendu, belle sortie. Je confirme que la montée d'Auris n'est pas très difficile, d'ailleurs elle est, je trouve, bien variée si on part de Bourg d'Oisans: montée des premiers lacets de l'Alpe d'Huez, route de Rochetaillée, puis les derniers kilomètres assez sinueux. Par contre, elle est plutôt corsée en partant des Clapiers puis via le Freney d'Oisans (quelques bons pourcentages). En ce qui concerne les 2 Alpes, je crois aussi qu'il ne faut pas louper la petite route passant par Pontell. On peut l'emprunter pour atteindre les 2 Alpes puis poursuivre au col du Jandri à VTT.
  17. VEYRET Bruno
    Bonsoir, Le col de Jandri à VTT ou à vélo de route (avec descente dans les bulles)?, je me pose la question, je pense que cette année se sera magnifique, vu le temps (mais....), Je crois que si je fais le "Jandri" ce sera lui tout seul, en partant du bas de la route de PONTEL. J'espère concrétiser ce projet début juillet (1er ou 2ème week-end) , Malheureusement je n'aurais pas bcp de km, mais cela dervait passer....
  18. Bast
    Bonjour Bruno, Je crois qu'il n'y a pas à hésiter longtemps pour le col du Jandri (et quelques autres cols à proximité comme le Col des Gourses ): VTT ! Probablement pas le plus beau col et le plus bel endroit de l'année puisque le Jandri est situé sur le domaine des 2 Alpes (et c'est pour ça qu'il est facilement accessible), mais cela permet d'atteindre 3000m.
  19. VEYRET Bruno
    Bonsoir, Mon objectif dans cette histoire est double: atteindre les 3000m et dépasser les 2000m de dénivellé a vélo! Pas le plus joli? cela doit quand même être impressionnant de s'élever dans un site dégagé et d'arriver au bord des glaciers? Pourquoi j'hésite entre VTT et vélo de route, tout simplement parce que mon VTT est tout de même assez ancien et peu adapté aux grimpées abrupte (poids). De plus, je ne pense pas que ce soit plus horrible que le Parpaillon (après de mult^ples passages de quads ou autres 4x4.). J'ai lu "chais pas trop où" que ça passait relativement bien, mais peut-être à éviter en semaine (cause: camions).

Laisser un message

*

captcha *