TDF 2011 – Auvergne


9 juillet 2011; Aigurande-Super Besse

J’aime beaucoup le Tour de France. Je le regarde pour les paysages, et c’est la plus grande course au monde de vélo, nous sommes en juillet, l’ambiance est bonne sur les bords de route, tout le monde est heureux.

Samedi et dimanche 10 juillet, le TDF passait par l’Auvergne. Quelques remarques :

1/ Je crois que la principale raison du manque d’originalité des étapes du Tour tient au coût d’accueil que cela représente pour une commune. Mais tout de même :

Pourquoi les étapes dans le Massif Central sont-elles construites de manière à ce que les meilleurs coureurs s’en désintéressent ? D’une manière générale, les étapes du Tour sont mal tracées, contrairement à ce qu’en disent ses organisateurs, l’innovation n’est pas associée au Tour de France (voir du coté du Giro pour ça), il reprend constamment les mêmes cols, les mêmes villes, et parfois les mêmes tracés. Le Tour n’utilise pas 5% des possibilités géographiques de la France.

L’organisation du Tour aime donc parler d’innovation, mais aussi d’histoire et de légende. On fête par exemple les 100 ans du premier passage de la course au col du Galibier en 2011. On se remémore les coureurs de légende, qui partaient très loin de l’arrivée, et qui ont participé à rendre le Galibier comme d’autres cols, mythique. Ce temps là est révolu, les coureurs sont maintenant plus calculateurs avec une prise de risque minimum, ils attendent la dernière côte. Il faut faire preuve de plus d’originalité, en insérant des nouveaux cols, ou placer différemment certains déjà connus. Je crois qu’il aurait été préférable de grimper le Galibier cette année une seule fois, mais avec arrivée au sommet après l’ascension du Télégraphe. Au lieu de ça, il sera grimpé par son versant sud (relativement facile), puis par son versant nord le lendemain avec une arrivée à l’Alpe d’Huez, la côte dont le Tour ne semble plus pouvoir se passer. Parallèlement, la course grimpera pour la première fois seulement (sur ce versant) le 3ème plus haut col Alpin, le col Agnel (2744m), autrement plus difficile. Il est placé en début d’étape…

Pour revenir aux étapes en Auvergne, l’étape Aigurande-Super Besse était presque la copie conforme de celle de 2008 remportée par Ricco. Le plus grand changement est le passage au col de la Croix St Robert au lieu du col de la Croix Morand. Malgré le peu de difficultés placées dans cette étape, les écarts étaient vraiment importants (jusqu’à 30 minutes); il a juste manqué des écarts entre les favoris. Pour cela il aurait fallu corser la fin d’étape, c’est le seul moyen. Il y a plusieurs possibilités, j’aurais rajouté après la croix St Robert et avant la côte finale (pas assez longue), la côte de St Anastaise, déjà apparue et assez dure. Ça n’aurait pas bouleversé le classement général, mais au moins on aurait pu espérer voir quelques écarts. Le Massif Central placé en début de Tour aurait pu jouer un rôle en valorisant les favoris qui sont en forme dès le départ, au détriment de ceux qui le seront dans la dernière semaine. Des étapes de montagne en début de Tour sont aussi le moyen d’asseoir une certaine hiérarchie non définitive, donc de conserver le suspens cher aux organisateurs, ce qui je pense permettrait en plus d’apaiser les tensions entre les coureurs qui veulent tous être devant et donc provoquent des chutes.

L’enchaînement des cols le lendemain dans l’étape Issoire-St Flour est difficile (plus de 4000m de dénivelé) et magnifique (Pas de Peyrol par son versant le plus facile-Perthus-Cère-Prat de Bouc). Mais que peuvent faire les meilleurs si le sommet de Prat de Bouc est situé à 54 km de l’arrivée ? Peut-être un jour verra t’on une arrivée au sommet du Pas de Peyrol par son versant dur (Le Falgoux > Col de Neronne > Pas de Peyrol), ou suite à la montée du col du Perthus. A la rigueur une arrivée au Super-Lioran après l’enchainement de cols, voire une arrivée au sommet du col de Prat de Bouc (financée par la station du Lioran). Les problèmes de places ne tiennent plus maintenant que le Tour est arrivé aux sommets du Tourmalet et du Galibier. Reste le financement, le Lioran a peut-être préféré accueillir une journée de repos alors que St Flour souhaitait une arrivée d’étape. J’aurais préféré l’inverse comme bon nombre de spectateurs je pense.

2/ A la télé, on voit les coureurs, et des prises de vues aériennes. Quand je vais voir la course sur le bord de la route, je suis toujours frappé par le nombre impressionnant de véhicules qui côtoient les coureurs ou qui passent tout au long de la journée.

Je mets à part la caravane qui est un élément indissociable du Tour et qui a beaucoup de succès (plus que la course : j’ai vu la majorité du public se battre pour les produits de la caravane, assister au passage des premiers coureurs puis lever le camp alors même que la moitié du peloton n’était pas passée !).

5 hélicoptères, des centaines de voitures et motos. N’y aurait-il pas moyen de réduire drastiquement le nombre ? Certains passent à toute vitesse sur les routes au milieu des spectateurs, pas toujours prudents non plus; il y a déjà eu des morts. Même au cœur de la course il y a aussi les coureurs qui sont gênés et s’en plaignent. C’est dangereux et accessoirement certains accidents influent également sur les résultats de la course. Sur une étape comme celle de Issoire – St Flour, il y a une autoroute entre les deux villes…

Il faudrait faire un peu plus d’efforts également sur le coté « respect de l’environnement ». Moins de suiveurs inutiles donc, mais aussi moins de produits donnés par la caravane, des produits qui de toute façon, pour les non-consommables sont voués à finir à la poubelle. J’ai par exemple récupéré une poignée de 5 journaux, et 4 casquettes à pois d’un coup ; un beau gaspillage. Il y a 5 hélicoptères, est-ce normal ? J’en ai vu un marqué VIP par exemple… Les points positifs : des poubelles placées en bord de route, et j’ai appris que la caravane ne distribuait pas cette année dans des zones naturelles sensibles. Alors que N.Kosciusko-Morizet était à Super-Besse le jour de l’étape pour préparer la candidature de la Chaîne des Puys au Patrimoine de l’UNESCO, c’est un minimum.

Etape 8 – Aigurande Super-Besse Sancy 189 km


Le passage de la caravane

Le classement de l’étape pour le 1er groupe:

1. FARIA DA COSTA Rui Alberto MOVISTAR TEAM 4h 36′ 46″
2. GILBERT Philippe OMEGA PHARMA – LOTTO + 00′ 12″
3. EVANS Cadel BMC RACING TEAM + 00′ 15″
4. SANCHEZ Samuel EUSKALTEL – EUSKADI + 00′ 15″
5. VELITS Peter HTC – HIGHROAD + 00′ 15″
6. DEVENYNS Dries QUICK STEP CYCLING TEAM + 00′ 15″
7. CUNEGO Damiano LAMPRE – ISD + 00′ 15″
8. CONTADOR Alberto SAXO BANK SUNGARD + 00′ 15″
9. SCHLECK Andy TEAM LEOPARD-TREK + 00′ 15″
10. SCHLECK Frank TEAM LEOPARD-TREK + 00′ 15″
11. URAN Rigoberto SKY PROCYCLING + 00′ 15″
12. VAN DEN BROECK Jurgen OMEGA PHARMA – LOTTO + 00′ 15″
13. KLÖDEN Andréas TEAM RADIOSHACK + 00′ 15″
14. BASSO Ivan LIQUIGAS-CANNONDALE + 00′ 15″
15. VANDE VELDE Christian TEAM GARMIN – CERVELO + 00′ 15″
16. HUSHOVD Thor TEAM GARMIN – CERVELO + 00′ 15″
17. DANIELSON Tom TEAM GARMIN – CERVELO + 00′ 15″
18. FUGLSANG Jakob TEAM LEOPARD-TREK + 00′ 15″
19. ROCHE Nicolas AG2R LA MONDIALE + 00′ 15″
20. MARTIN Tony HTC – HIGHROAD + 00′ 15″
21. PERAUD Jean-Christophe AG2R LA MONDIALE + 00′ 15″
22. VINOKOUROV Alexandre PRO TEAM ASTANA + 00′ 15″
23. THOMAS Geraint SKY PROCYCLING + 00′ 15″
24. TROFIMOV Yury KATUSHA TEAM + 00′ 15

Le classement général:

1. HUSHOVD Thor TEAM GARMIN – CERVELO 33h 06′ 28″
2. EVANS Cadel BMC RACING TEAM + 00′ 01″
3. SCHLECK Frank TEAM LEOPARD-TREK + 00′ 04″
4. KLÖDEN Andréas TEAM RADIOSHACK + 00′ 10″
5. FUGLSANG Jakob TEAM LEOPARD-TREK + 00′ 12″
6. SCHLECK Andy TEAM LEOPARD-TREK + 00′ 12″
7. MARTIN Tony HTC – HIGHROAD + 00′ 13″
8. VELITS Peter HTC – HIGHROAD + 00′ 13″
9. MILLAR David TEAM GARMIN – CERVELO + 00′ 19″
10. GILBERT Philippe OMEGA PHARMA – LOTTO + 00′ 30″

Etape 9 – Issoire Saint-Flour 208 km



Voeckler tire la langue, suivi de Leon Sanchez et Casar

Classement de l’étape

1. SANCHEZ Luis-Leon RABOBANK CYCLING TEAM 5h 27′ 09″
2. VOECKLER Thomas TEAM EUROPCAR + 00′ 05″
3. CASAR Sandy FDJ + 00′ 13″
4. GILBERT Philippe OMEGA PHARMA – LOTTO + 03′ 59″
5. VELITS Peter HTC – HIGHROAD + 03′ 59″
6. EVANS Cadel BMC RACING TEAM + 03′ 59″
7. SCHLECK Andy TEAM LEOPARD-TREK + 03′ 59″
8. MARTIN Tony HTC – HIGHROAD + 03′ 59″
9. SCHLECK Frank TEAM LEOPARD-TREK + 03′ 59″
10. CUNEGO Damiano LAMPRE – ISD + 03′ 59″
11. TAARAMAE Rein COFIDIS LE CREDIT EN LIGNE + 03′ 59″
12. CONTADOR Alberto SAXO BANK SUNGARD + 03′ 59″
13. DANIELSON Tom TEAM GARMIN – CERVELO + 03′ 59″
14. SANCHEZ Samuel EUSKALTEL – EUSKADI + 03′ 59″
15. PERAUD Jean-Christophe AG2R LA MONDIALE + 03′ 59″
16. DE WEERT Kevin QUICK STEP CYCLING TEAM + 03′ 59″
17. ROCHE Nicolas AG2R LA MONDIALE + 04′ 07″
18. LEIPHEIMER Levi TEAM RADIOSHACK + 04′ 07″
19. RUIJGH Rob VACANSOLEIL-DCM + 04′ 07″
20. JEANNESSON Arnold FDJ + 04′ 07″
21. GESINK Robert RABOBANK CYCLING TEAM + 04′ 07″
22. THOMAS Geraint SKY PROCYCLING + 04′ 07″
23. BASSO Ivan LIQUIGAS-CANNONDALE + 04′ 07″
24. KLÖDEN Andréas TEAM RADIOSHACK + 04′ 07″


Grupetto

Classement général

1. VOECKLER Thomas TEAM EUROPCAR 38h 35′ 11″
2. SANCHEZ Luis-Leon RABOBANK CYCLING TEAM + 01′ 49″
3. EVANS Cadel BMC RACING TEAM + 02′ 26″
4. SCHLECK Frank TEAM LEOPARD-TREK + 02′ 29″
5. SCHLECK Andy TEAM LEOPARD-TREK + 02′ 37″
6. MARTIN Tony HTC – HIGHROAD + 02′ 38″
7. VELITS Peter HTC – HIGHROAD + 02′ 38″
8. KLÖDEN Andréas TEAM RADIOSHACK + 02′ 43″
9. GILBERT Philippe OMEGA PHARMA – LOTTO + 02′ 55″
10. FUGLSANG Jakob TEAM LEOPARD-TREK + 03′ 08″
rédacteur du site
  1. Ghaudik
    Bonsoir Bast. Belles photos qui font plaisir à voir. J'étais à Issoire hier pour voir le départ. J'aurais aimé être bien posté sur le parcours comme toi. Pour le moment, les enfants sont encore trop petits pour attendre le long de la route; En réponse à ta question, je roule plutôt dans la chaîne des Puys, le Sancy et le parc du Livradois. Enfin, je me balade pour être plus exact, à mon rythme. Mon seul objectif est de prendre du plaisir à 100%. Au plaisir de te lire. Guillaume.
  2. Bast
    Bonjour Guillaume, Quand je suis passé à Issoire, vers midi, des gens étaient déjà sur le bord de la route, et la caravane venait de passer. A la côte du château d'Alleuze, où j'étais, il y avait des coureurs de partout; il n'y a que les tous meilleurs qui ne bougent pas et Hushovd qui était bien motivé avec son maillot jaune (mais il a lâché peu après). Par contre, longue attente, et beaucoup de monde qui voulait la bonne place (on voyait un bout de route en contrebas).
  3. PhilippeF
    bel article je te rejoins sur le fait qu'il y a trop de véhicules, au point que l'on se demande comment il n'y a pas plus souvent d'accident comme celui d'Hoogerland...et sur le fait de passer toujours aux mêmes endroits, c'est bien clair !
  4. Bast
    Merci, avec des favoris qui attendent les derniers kilomètres dans la dernière côte de l'étape vue et revue, il faudrait revoir la construction des étapes.Cette année, la seule nouveauté du Tour dans les Pyrénées: la Hourquette d'Ancizan, placée comme premier col dans l'étape, les coureurs sont donc passés au train.
  5. Idris
    Salut Bast, très belles photos, j'aime bien celle de Evans. Je suis entièrement d'accord avec toi sur le nombre de véhicules c'est effarant. Quand j'étais au sommet du Tourmalet le 14 juillet, il y en a certains qui ne ralentissaient même pas alors que le passage pour passer au milieu des gens n'était pas très large. Pour ce qui est de la caravane, il y en qui jetaient des objets sans faire attention au talus derrière la route. du coup beaucoup d'objets tombaient un peu n'importe où et effectivement en général ce sont des choses qui ne servent à rien. Et c'est pour cela que je ne ramasse quasi rien de la caravane car après ça encombre plus qu'autre chose. la seule chose que j'aurais bien voulu, c'est la bouteille d'eau de Vittel^^ car j'avais une de ces soifs^^
  6. Anthony
    Bel article engagé. J'ai écrit personnellement une lettre à ASO en mars 2010 sur les cols ou versants de cols peu empruntés par le Tour. Depuis, le col du Béal et Risoul ont accueilli des arrivées du Tour de l'avenir, le collet d'Allevard sur le Dauphiné 2011. Je n'y suis sans doute pour rien car Jean-François Pescheux, Charly Mottet avaient sans doute du éplucher les cartes de France et d'autres ont certainement envoyé des lettres comme moi. Mais au moins c'est sûr qu'ils savent que des cols n'ont jamais vu la Grande Boucle. ASO teste parfois des arrivées sur le Dauphiné Libéré ou le Paris-Nice. Je me demande avec le recul si parler du lac d'Aumar ou des Cévennes était une bonne idée, certains cyclistes restant peu disciplinés en dépit des filets de jetage comme je l'ai vu sur le Tour ou sur la Mondovélo Acte 1. Quant aux spectateurs et leurs déchets, j'en parle même pas ! Voici la lettre en question, j'y ai juste enlevé les coordonnées. Elle comporte quelques petites erreurs et j'en ai oublié tant la liste est exhaustive: A l’intention de Christian Prud’Homme et Jean-François Pescheux Depuis quelques années, le Tour de France découvres de nouveaux cols et arrivées en altitude : Ax-3 Domaines en 2001, le port de Pailhères en 2003, le Pla-de-Beret et la Toussuire en 2006, le port de Balès en 2007, Prato Nevoso en 2008, Verbier en 2009… Cela dit beaucoup d’ascensions n’ont jamais eu l’honneur d’accueillir le Tour de France ou pas depuis un certain moment . C’est pourquoi je vous écris pour vous signaler quelques cols, stations de ski…qui pourraient accueillir le Tour de France. Vosges Le Tour de France est passé six fois au col du Grand Ballon (1343m) mais il n’a jamais accueilli d’arrivée au sommet. Pourtant, il mériterait une arrivée d’étape si le Tour de France passait dans les Vosges. Depuis Willer-sur-Thur, l’ascension fait environ 15 km. La première partie jusqu’au col Amic est irrégulière mais les sept derniers kilomètres sont suffisamment difficiles. Il y a même un kilomètre à 9,6% après la ferme-auberge du Grand Ballon (non pas le chalet-hôtel du Grand Ballon situé au sommet du col) et les deux derniers kilomètres sont à 6,6% de moyenne. Venant du Markstein, seuls les 1,5 derniers kilomètres grimpent réellement. Jura Dans le Sud du Jura, le col du Grand Colombier (1505m), régulièrement au programme du Tour de l’Ain, n’a paradoxalement jamais eu l’honneur de recevoir le Tour de France alors qu’il est considéré comme le col le plus dure de l’Hexagone surtout sur le versant ouest où il y a un passage à 19%. Sur les quatre versants existant, on trouve au moins à chaque fois un passage à 14% et les pourcentages moyens sont difficiles. Massif Central Il semble impossible de prévoir une dernière arrivée au Puy de Dôme parce-que le Panoramique des Dômes, train à crémaillère, va être construit. En revanche, dans les Monts Dore, l’ascension vers Chastreix-Sancy (1400m) est courte mais semble intéressante. Dans les monts du Forez, il faut signaler que le Tour de France n’est jamais passé par le col du Béal (1390m) alors que par Vertolaye, sur le versant ouest, il y a 14 km d’ascension environ et les premiers kilomètres sont difficiles. Par tous les versants, la route est bien goudronnée sauf celle venant de Marat où il y a des gravats jusqu’au croisement avec la route de Vertolaye. Dans les Cévennes, le Mont Aigoual (1567m) a connu un passage du Tour de France en 1987 mais plus jamais depuis. L’ascension n’est pas difficile mais suffisamment longue. Quant au col du Finiels (Mont Lozère), il n’a jamais acceuilli le Tour de France. Pourtant, son ascension ne manque pas d’intérêt avec 11 km à 6% de moyenne environ depuis le Bleymard et un autre versant venant du Pont-de-Monvert. Il faut toutefois prendre en compte que le Mont Lozère et le Mont Aigoual font partie de la zone centrale du parc national des Cévennes. Pour une arrivée au sommet, il faudrait donc s’adapter à une zone protégée. Le Tour 2010 arrivera à Revel, soit à proximité de la Montagne Noire et notamment le Pic de Nore (1210m) où le Tour de France n’est jamais allé. Signalons encore la station de la Croix de Bauzon (Tanargue) avec un dernier kilomètre difficile, et des passages possibles au col de la Croix des Boutières (Mont Mézenc), au col du Gerbier de Jonc. Et pourquoi pas une arrivée au Pas de Peyrol (1588m) ? Il a connu neuf passages du Tour mais jamais une arrivée d’étape et les versants sud et ouest (un passage à 15% !) sont suffisamment difficiles. Pyrénées Une ascension a l’air intéressante en vue d’une arrivée au sommet : il s’agit de la montée vers les lacs de Néouvielle [Barrage de Cap de Long (2160m), lac d’Aumar (2192m)]. Mais le lac d’Aumar se situe dans une réserve naturelle et l’ensemble fait partie du parc national des Pyrénées. Les spectateurs pourraient causer des dégradations. Aussi, Superbagnères au dessus de Luchon n’a pas vu le Tour de France depuis 1988. Or les derniers kilomètres sont suffisamment difficiles. Puis, la montée vers la station de ski de Peyragudes passe par col de Peyresourde. Pourquoi pas une arrivée à Peyragudes ? En Ariège, la montagne de la Tabe et les monts d’Olmes semblent pouvoir accueillir des arrivées du Tour de France, d’autant que la station des monts d’Olmes a déjà été au programme de la Route du Sud. Alpes du Nord En Savoie, Pralognan la Vanoise, Valmorel, Méribel, n’ont jamais été au programme du Tour de France. Autour du massif des Bauges, le Collet d’Allevard, la montagne du Semnoz, le mont de Margeriaz n’ont jamais non plus été au programme du Tour. Quant au mont Revard, cela fait un certain temps que le Tour n’y est pas passé. Quant au col de Joux-Plane en Haute-Savoie, qui a parfois été au programme avant de descendre vers Morzine il mérite peut-être plus qu’un passage vu sa difficulté, il serait possible d’y prévoir une arrivée d’étape, ce qui serait spectaculaire. Dans la vallée de l’Oisans, la station de ski de Vaujany compte déjà des arrivées d’étape de la Grande Boucle féminine, mais pas du Tour de France. Mais le meilleur est le Mont du Chat (1500m), au-dessus du lac du Bourget. Il compte un seul passage en 1974 et il avait été classé par erreur en 2ème catégorie. Il s’agit pourtant de l’une des ascensions les plus difficiles de France avec un passage à 14% sur son versant Ouest et des pourcentages réguliers de 9 à 12% (9,4% de moyenne) pour 13 kilomètres d’ascension sur le versant Est. Ce col ferait inévitablement une sélection dans le peloton. Alpes du Sud Concernant les stations de ski, Valberg (1673m) , Risoul 1850 et Super-Sauze n’ont jamais accueilli le Tour de France. Il y a également la petite station du col du Rousset dans le Vercors. Par ailleurs, il serait bien de tenter une arrivée d’étape au mythique col d’Izoard (2360m), quel que soit le versant escaladé. Cela ne manquerait pas d’être spectaculaire. Cela a été fait pour l’Aubisque et le Tourmalet ou encore pour le col de Granon en 1986 (arrivée d’étape la plus haute du Tour à 2413m). Encore, les Alpes maritimes ne manquent pas de belles ascensions, parmi lesquelles la Madone d’Utelle (1174m) ou le col de Turini (1604m). Préalpes du Sud La Montagne de Lure a été au programme du Paris-Nice 2009. Son col a 1745m ne dispose pas d’une plate-forme bétonnée pour accueillir un podium du Tour à moins de le faire plus bas mais pourquoi pas un passage sur le Tour ? Quand au Mont Ventoux (1909m) , dommage que seul son versant Sud accueille le Tour de France (12 fois sur 14). Le versant Nord-Ouest, grimpé par Malaucène, est presque aussi dur, il est juste moins régulier. Le Paris-Nice 2008 a fait étape au mont Serein avec une belle sélection. Alors, la prochaine fois que le Tour de France ou le critérium du Dauphiné Libéré décide de faire étape au Mont Ventoux, pourquoi ne pas le grimper par Malaucène ?
  7. Bast
    Anthony, merci ! Les idées ne manquent pas... Le tracé est dicté par des raisons économiques principalement, mais ça n'empêche pas, à mon sens, d'innover, de proposer quelques nouveaux cols, et de mieux valoriser qu'actuellement les autres massifs que les Pyrénées et les Alpes. Superbe étape celle du Tour de l'Avenir avec le Chansert puis le Béal ! Souvent le Tour de l'Avenir est une course test pour les principales courses; peut-être un espoir de ce coté là ? Même si je ne vois pas comment un village de la région peu financer une arrivée d'étape du TDF... Il faudrait que le département s'y mette ou peut-être Chalmazel.
  8. Ptinel
    Pour en revenir à Super-Besse en effet c'était dommage l'an dernier qu'il n'est pas pris Saint Anastaise mais j'espère qu'il la reprendront car il y a moyen de faire explosé le peloton dedans même si l'accès y est pas trop dur car depuis Issoire c'est un très long faux-plat. Sinon par les cols du Vestizioux (22km à 2,2%) puis par la Volopilière et Brion mais là aussi ce sont des cols usants mais pas hyper dur. Pour le lendemain faire repartir par l'autre sens par la Terrible côte de la Roche-Charles-La Mayrand qui est la côte opposée à Saint Anastaise avec ses passages à 20% !!!. C'a fait super mal au jambes même avec un 25 en grand pignon à l'arrière. Sinon il y a le Plateau de Gergovie jamais franchi ni utilisé c'est court mais l'ascension côté Gergovie est assez violente avec le village.
  9. Toto63
    Oui, la montée du plateau de Gergovie par le villlage de Gergovie mériterait un passage au Tour. En plus au sommet il y largement la place pour accueillir la logistique du tour.
  10. Bast
    Peut-être un jour une arrivée à Clermont-Ferrand / Plateau de Gergovie, et le lendemain, CLM Clermont - Puy de Dôme ! :)

Laisser un message

*

captcha *