Traversée des Alpes: 4ème Etape, du Mt Cenis à Briançon


Lacets du Mt Cenis - Une belle journée s'annonce malgré la température très froide du matin

Ce jour, nous commençons par une longue descente : celle du Mt Cenis. Nous sommes désormais en Italie, et nous le resterons presque jusqu’à l’arrivée à Briançon. Le Mt Cenis par son versant Italien n’est pas une mince affaire pour celui qui veut le grimper, il devra en effet accumuler plus de 1500m de dénivelé pour environ 25 kilomètres, irréguliers mais avec de bonnes portions pentues. C’est un très beau col, l’arrivée au sommet avec le lac et son barrage est une belle satisfaction.

Après la descente, nous voilà à Susa, ville Italienne animée bien qu’un peu isolée dans sa vallée. Sa traversée est rapide, nous passons sous la barre des 500m d’altitude et nous sommes désormais au pied d’un géant : le Colle Delle Finestre.

Le Colle Delle Finestre est l’un des plus difficiles et l’un des plus beaux cols que nous ayons parcouru. Il est très difficile puisqu’il nous faut parcourir un peu plus de 18 km réguliers pour près de 1700m de dénivelé soit une pente moyenne supérieure à 9%. La route est aussi magnifique du pied jusqu’au sommet.

D’entrée, nous affrontons la pente la plus raide de l’ascension afin d’atteindre Meana Di Susa, dernier village traversé avant la station de Sestriere, quelques 50 kilomètres plus loin. S’ensuit 11 km de lacets serrés dans une belle forêt laissant apparaitre quelques vues plongeantes sur la région. Seules quelques voitures et surtout des motos viennent perturber la tranquillité des lieux. Suite à ces 11 km, nous arrivons au Colletto di Meana 1455m ; s’y trouvent un refuge et une fontaine d’eau pour remplir nos bidons. A partir de ce point, la route, en parfaite état, se transforme désormais en piste d’excellente qualité. Il nous reste 8 km d’ascension dans un paysage de plus en plus dégagé, les épingles s’enchainent jusqu’au sommet où la vue est magnifique, en particulier sur le versant que nous venons de grimper. Quelques motards et des voitures sont garés, l’une masquant le panneau, des cyclistes sont là, ils arrivent pour la plupart par l’autre versant, totalement goudronné et beaucoup moins ardu. Nous nous ravitaillons en eau à la petite fontaine présente.


Sur la Strada dell'Assietta

Sur place, il y a aussi quelques traces d’un cyclisme professionnel qui s’est intéressé tardivement à ce col. En effet, une stèle est par exemple au bord de la route commémorant le passage de Di Luca en tête, lors de la première apparition du Giro sur ces terribles pentes. C’était en 2005. L’arrivée était jugée à Sestriere lors de cette 19ème étape, avec une victoire de Rujano, mais c’est dans le Finestre que le spectacle eut lieu avec les attaques du Vénézuélien, de Di Luca et Simoni, et la perte de terrain de Savoldelli. Ce dernier perdit 1min55 dans cette étape mais cela ne l’empêcha pas de remporter le Giro. Le Finestre fut également programmé lors de la 20ème étape du Giro 2011. La course étant jouée, avec un Contador au-dessus des autres, il ne s’y passa rien.

Revenons à notre périple. Prochain objectif : la strada dell’Assietta. Sur plus de 30 km presque totalement au-dessus de 2000m d’altitude, cette piste d’origine militaire, à l’histoire mouvementée, permet d’enchainer les cols et elle offre surtout des vues spectaculaires étant située sur la ligne de partage des eaux entre la vallée de Suse et celle du Chisone. Là-haut se déroula la bataille d’Assietta en 1747 (guerre de succession d’Autriche) au bilan peu flatteur pour les Français (5000 morts ou blessés) qui affrontèrent essentiellement des soldats Piémontais (77 morts et 55 blessés). Pour des informations supplémentaires, voir le site : http://www.stradadellassietta.it/francese/index.php

Cette piste d’altitude n’est pas des plus faciles. Du Finestre, nous redescendons à un peu moins de 1800m d’altitude avant d’emprunter la strada.Il s’agit d’une succession de montées parfois raides et de descentes. Nous montons jusqu’à près de 2550m d’altitude via le Colle dell’Assietta (2472m). Une petite descente puis nous passons au Colle (2483m), au Colle Lauson (2497m) et au Colle Blegier (2381m) et nous remontons dans des pourcentages très raides à plus de 2500m à proximité du Monte Genevris (2536m). Nous enchainons ensuite par le Colle Bourget (2299m), le Colle Costa Plana (2313m) avant de remonter au Colleto Costa Treceira (2442m) via le Colle Basset (2424m). Cette fois nous avons atteint les remontées mécaniques de Sestriere, station que nous atteignons en descente avant une très légère remontée pour le Colle di Sestrières à 2035m d’altitude où nous retrouvons la civilisation et la route goudronnée.


Ascension du colle dell'Assietta

La belle et rapide descente nous amène à Cesana Torinese, autre village-station plutôt plaisant à 1344m. C’est le pied de la montée au col de Montgenèvre (1854m). Il nous faut monter de nouveau pour un peu plus de 500m de dénivelé sur une route très fréquentée et semée de nombreux tunnels particulièrement dangereux (route étroite et faible éclairage, il est possible de marcher sur le trotoir). La montée fait 8,3 km à 6% de moyenne.

Nous franchissons la frontière au cours de cette ascension, puis il ne reste qu’à se laisser descendre jusqu’à Briançon, la journée a été bien remplie.

Logement : Au gite du Petit Phoque situé au hameau Le Fontenil, à 1km de Briançon (1 km de bonne pente car le hameau est situé dans un trou…). Réservation conseillée pendant les périodes de vacances. Nous dormons dans un dortoir qui contiendra 11 dormeurs allant du silencieux au extrêmement bruyant (au point de devoir sortir de la pièce en pleine nuit pour plus de tranquillité), beaucoup de passages le soir et la nuit, ce sont les aléas d’un logement à prix modéré. Sinon il y a ce que l’on attend d’un gite, bon petit-déjeuner, repas possible, cuisine pour se faire à manger, local à vélo… On est un peu les uns sur les autres pour toutes ces activités, mais on arrive en terrain connu : il ne s’agit pas d’un hôtel. Le propriétaire connait bien les possibilités de randonnées autour de Briançon.


Dans la descente sur Sestriere, vue sur un (petit) cycliste et la Punta Rognosa 3280m

 

rédacteur du site
  1. aboju
    Voilà un très joli col...dommage qu'il ne soit pas goudronné ! Je pense que c'est un peu limite en vélo route ... en tout cas, bravo à vous !
  2. veyret Bruno
    Merci pour ce beau reportage et très belles photos sur une randonnée qui, si elle est unique, ne doit pas être de tout repos, le kilométrage et le dénivellé doivent être assez conséquent. Le col des Finestre peut se faire en vélo de route, mais des collègues, qui ont fait la route des crêtes me l'ont déconseillée, par rapport aux trop nombreux cailloux (risques de pincement). Goudronner les Finestre, ce serait dommage, il faut garder la légende!!! Sur ces pistes le gros problème c'est la dégradation que lui font subir tous les engins qui ne sont pas mûs par la force humaine, un coup d'accélérateur, et "ça" passe, mais "ça" arrache.... Ensuite, en petits pneus, bonjour dans l'instabilité.
  3. Bast
    La piste du Finestre, c'est aussi une partie du charme de ce col, il y a déjà bien assez de cols goudronnés (le Finestre l'est sur son autre versant). En ce qui concerne la praticabilité avec un vélo de route, comme je l'ai écrit c'est possible sans problème après le passage du Giro car la piste a été travaillée, elle est très dure et bien dégagée. Mais au fur et à mesure, comme le dit Bruno, elle se dégrade à cause des passages motorisés principalement mais aussi à cause du climat (pluie et neige). L'hiver va arriver et au printemps prochain la piste sera certainement un peu moins praticable. Pour la route des crêtes, l'Assietta, c'est autre chose: piste de bonne qualité mais effectivement limite à certains endroits pour un vélo de route, il faut clairement préférer un autre type de vélo.
  4. Toto63
    Superbe étape ! Le col du Mt Cenis avec le lac est vraiment beau. J'y suis passé en Août dernier en voiture et dans la descente vers Susa il y avait plein de circulation. Vous n'avez pas été trop géné ? Le col du finestre parait tellement impressionnant avec ses pourcentages et son final...
  5. Bast
    Non, nous n'avons pas eu beaucoup de circulation, c'était le matin, et d'ailleurs la tenante de l'hôtel nous a indiqué que la saison était particulièrement mauvaise d'un point de vu fréquentation touristique (même chose dans un restaurant de Briançon d'ailleurs), ils nous parlaient du temps mauvais de juillet et début août en particulier.
  6. Pierrick
    La Strada dell'assietta, un rêve pour moi depuis que j'ai eu vent de l'existence de cette route ! Félicitations pour votre traversée, je suis un lecteur assidu de votre blog et un amateur de vos belles photos et de vos sorties ... Je m'y replonge !
  7. Bast
    Merci Pierrick pour ce commentaire. Sûr que faire la route/piste Finestre-Assietta constitue un beau moment dans la "carrière" d'un cycliste, à faire par très beau temps évidemment !
  8. Idris
    Salut Bast! Magnifique étape! Sublimes photos!! A bientôt.
  9. Bast
    Salut Idris, Merci pour ton passage ! ça vaut les Pyrénées hein ? :) @+

Laisser un message

*

captcha *