Traversée des Alpes: 7ème Etape, de Puget à Cannes


De Puget, nous montons au col de St Raphael

Pour le dernier jour de notre périple, nous sommes debout assez tôt avec la lumière du jour qui apparait (ayant dormi dans un champ). Nous passons prendre un café sur une terrasse de Puget-Théniers après nous être approvisionnés à la boulangerie.

D’entrée, la montée commence, pour un peu moins de 500m de dénivelé. La route n’est pas très raide et monte en lacets jusqu’au col de St-Raphaël (876). La brume est bien présente, l’air est humide et frais, la route qui suit le col est vallonnée, sans difficulté majeure, et nous franchissons la belle clue du Riolan, mais le brouillard est tenace.

Après une courte descente, nous arrivons à Sigale (629m), l’un de ces beaux villages typiques de l’arrière pays. Cette fois, le temps change et le ciel bleu se fait plus présent. En continuant dans la descente, nous prenons une petite route, longue et sinueuse, et passons sous les 400m d’altitude, avant d’arriver au village d’Aiglun (619m). Le relief est tourmenté et la route épouse les contours de celui-ci, ainsi cette région est prisée des amateurs de canyoning et d’escalade, par exemple au niveau de la superbe clue d’Aiglun où nous passons après la descente du village du même nom. La route est spectaculaire et un petit pont (523m) nous permet de franchir l’Estéron, le second plus important affluent du Var après la Tinée. La suite de cette route nous amène dans une longue montée irrégulière au village du Mas (922m) puis au col de Pinpinier (1136m) qui n’est pas indiqué par un panneau mais dont la difficulté n’est pas négligeable tellement la route que nous venons d’emprunter est tortueuse. La descente n’est guère pentue, nous ne repassons pas sous les 1100m d’altitude avant d’entamer la montée au col de Bleine (1439m). C’est une montée régulière, sans pourcentages excessifs, en lacets dans une forêt assez clairsemée. L’autre versant propose de superbes vues sur les montagnes proches et nous l’empruntons dans une chaleur qui contraste fortement avec le temps que nous avions en début de journée.

Une subite mais brève remontée nous permet de franchir le col de Castellaras (1248m). Les points de vue s’enchainent (le paysage étant assez désertique) ils nous permettent par exemple d’admirer longuement la montagne du Cheiron à l’Est, son versant nord est exploité par la station de Gréolières les Neiges mais une belle randonnée par son versant sud permet d’atteindre la cime du Cheiron (1778m) et d’embraser une vue impressionnante sur le nord et en particulier le Mercantour, mais aussi au sud jusqu’à la mer qui n’est qu’à quelques kilomètres à vol d’oiseau.
En pensant à ces nombreuses possibilités de ballades qu’offre le relief de la région, nous continuons donc à rouler pour passer un peu en contrebas de l’aride plateau de Calern en passant sans difficulté le col de la Sine (1108m) et le col du Ferrier (1041m). Ce dernier est évidemment bien plus corsé par son versant sud, puisque sa descente nous amène à St-Vallier-de-Thiey (713m) où nous prenons la route Napoléon puis franchissons le dernier col de notre périple, le col du Pilon (786m).

Dès lors, nous plongeons sur la méditerranée via Grasse puis une voie rapide (fortement déconseillée à vélo) jusqu’à Cannes, encombrée par les touristes et les voitures à cette époque de l’année. Après un passage à la gare et une conversation un peu houleuse au guichet au sujet de la réservation d’une place pour nos vélos dans le train, nous rejoignons la promenade pour nous asseoir longuement sur une chaise face à la mer. Satisfaits de ce beau séjour, nous rentrons des souvenirs pleins la tête et heureux.

rédacteur du site
  1. PhilippeF
    un final en beauté ! bravo
  2. Bigdams38
    Très intéressant ce périple et le secteur de puget semble très sympa pour le vélo. En connaissant bien la zone on doit pouvoir faire de jolis parcours en évitant les routes trop fréquentées. En tout cas bravo pour cette belle performance. Ca donne quoi au final
  3. Bigdams38
    Pardon fausse manip. Ca donne quoi au final comme distance et dénivellé sur l'ensemble du voyage ?
  4. Bast
    Merci ! Dans l'arrière pays, ça regorge de routes, même en plein été, qui sont tranquilles. Nous on a filé sur Cannes dans les par la voie rapide Grasse / Cannes parce que on avait le train de prévu (on a attendu 2h, mais au moins pas de risque de le louper). Au final, ça donne environ 782 km pour le seul parcours "officiel" (on a dépassé 800 km sinon) et apparemment 19 336m de D+ si je prends 3000m de D+ pour l'étape de la Bonette/Couillole (la seule étape où je crois que le dénivelé n'est pas bon sur GPSies.com).
  5. loic
    Superbe traversé des alpes. Les photos étaient toutes superbes. Sa donne envie de partir et se lancer dans une telle aventure. A quand une traversé des Pyrénées ?
  6. aboju
    Très beau parcours mis en valeur par des photos toujours superbes ! je sais ce que c'est... pas toujours facile d'interrompre une montée pour sortir l'appareil et immortaliser l'endroit ! En tout cas, bravo ! Je ne connais pas trop la région de Grasse, mais ça me donne vraiment envie de la découvrir. Bonne continuation.
  7. Vincent
    Superbe voyage que vous avez fait là. C'est un de mes grands projets pour une année future (avec mon frangin... si il trouve le temps...). Le parcours est splendide, riche. Les textes sont très détaillés et les photos comme toujours donnent envie! Merci pour le partage de ce périple... Sinon, je fais un peu de pub! ... une collègue a 2 frangins un peu kéké qui sont parti faire le tour du monde en vélo... www.deuxsingesenhiver.com/ A suivre, leurs commentaires sont souvent épiques et plein d'humour. Amitiés Vincent
  8. Bast
    Merci à vous trois ! Je ne sais pas pour la traversée des Pyrénées, c'est tentant également. Bon site et beau voyage des deux singes !

Laisser un message

*

captcha *