Beaujolais Nord


Non loin du col de la Casse Froide

A ce jour, j’ai franchi au moins une fois la totalité des nombreux cols routiers du Beaujolais et parcouru presque l’intégralité des routes de cette région, magnifique pour le vélo grâce à ses petites routes étroites et désertes, ses paysages paisibles, et les possibilités de parcours qui vont de faciles à très difficiles si l’on souhaite faire du dénivelé.

J’ai donc tracé un parcours dans le nord du Beaujolais qui regroupe, selon moi, les meilleures montées et routes en considérant paysages et difficultés, versants à emprunter.

D’abord, le TER Lyon-Macon nous permet d’aborder rapidement le versant Est des Monts du Beaujolais, celui des vignobles, du goudron fondu lors des nombreuses belles journées d’été qui surchauffent les lieux sans ombre. La première grimpée, celle de la Croix Rosier via Pierre Plate, en échauffera plus d’un justement, pour peu qu’on veuille jouer le jeux et ne pas trop flâner en route. Jusqu’au col de Pierre Plate, les pourcentages sont importants, au milieu des vignes, sur une succession de lacets par une route très scénique. Puis la forêt prend le pas sur les vignes, jusqu’au col de la Croix Rosier.

Relier le col de la Croix de Marchampt ensuite n’est qu’une formalité, puis la descente, toujours sur le versant Est est tellement agréable qu’on aimerait qu’elle dure plus longtemps, d’abord en forêt, puis évidemment dans les vignes. Je débute l’ascension du col de la Casse Froide au milieu des vendanges, tout le monde est à la tâche, certains cueillent le raisin, et moi je récolte le fruit d’une saison cycliste riche en sorties cette année, la forme est là, même si ça ne m’empêche pas d’apprécier la difficulté de cette montée raide, et belle. A la Casse Froide, une petite descente m’attend mais, rapidement, je prend une petite route raide qui peut tout aussi bien me ramener à la Croix Marchampt que m’amener au Mt Soubran.

Le Mt Soubran, probablement inconnu de bon nombre de régionaux. Sa route en cul-de-sac est, certes, plus que rugueuse, mais insistons plutôt sur les pourcentages peu communs et sur la vue à presque 360° au sommet et une montée là-haut ne devrait pas être regrettée. Une belle curiosité. L’enchainement Croix Rosier par Pierre Plate, ascension de la Casse Froide par Marchampt, et du Mt Soubran est superbe.

La suite: une descente dans la vallée de l’Azergues pour aborder le col de Favardy par le meilleur de ses versants, celui de Lamures, de la Croix Nicelle. Un beau col, déjà décrit dans d’autres articles. Le col des Ecorbans puis, encore plus, le col des Aillets et le col des Echarmeaux sont ensuite franchis facilement, mais c’est pour mieux m’amener à Propières.

C’est dans ce village que débute la montée du Mt St Rigaud, point culminant du Rhône. Alors d’accord, à partir de Propières, il est un peu escamoté, mais ce parcours nous en donne un bon aperçu: une route forestière en escalier avec des irrégularités telles que l’on passe rapidement d’une pente de 4% à 17%. Pour arriver au sommet, à plus de 1000m, je franchi le col de la Croix d’Ajoux puis le col de Patoux. Si le St Rigaud était plus proche des grandes villes, sûr qu’il serait bien plus fréquenté par les cyclistes, mais c’est aussi l’un de ses attraits, ses petites routes difficiles et parfaites pour la tranquillité recherchée.

Un peu avant le sommet se trouve la source du St Rigaud, l’occasion idéale de recharger son bidon. A condition d’un minimum d’humidité car j’ai attendu 10min pour avoir la moitié du mien remplie. Cela m’a permis de consulter les horaires de retour des TER où j’ai constaté qu’ils n’étaient pas si nombreux à me convenir. J’ai donc décidé de faire un sprint d’une petite heure pour rejoindre Belleville via le col de Crie et une partie de la piste cyclable reliant Belleville à Beaujeu, une piste cyclable très agréable mais qui nécessite souvent de ralentir pour franchir les routes perpendiculaires.

En ayant un peu plus de temps, une meilleure idée pour ce beau parcours est de redescendre le St Rigaud par le col du Champ Juin, puis de remonter sur le col de Crie afin d’emprunter la route qui mène au col du Fût d’Avenas. Ce dernier col est l’un des plus intéressants de la région, avec sa descente sur Villié Morgon, empruntée, en montée, lors du contre la montre final du Tour de France 2002, sous une chaleur écrasante, au milieu des vignes bien sûr.

 

rédacteur du site
  1. bobet53
    ouaaaaaa chapeau pour ton périple et ton récit!! Je connais bien le beaujolais et j'ai moi même déja fait ces cols; c'est juste excellent de te lire. Je ne connais pas la montée du mont soubrant, peux-tu m'en dire un peu plus? a +
  2. bobet53
    et juste une autre question Bast : habite-tu dans le beaujolais? Parce qu'avec un guide comme toi ça doit être super de découvrir le coin (et je serait bien candidat pour une ballade découverte à tes côtés)
  3. Bast
    Pas de problème si tu veux rouler avec moi, à voir en perso. Je suis du coté de Lyon. Le sommet du Mt Soubran est accessible par une route en mauvais état (un bon kilomètre) qui part de la route reliant le col de la Casse Froide au col de la Croix de Marchampt. La route qui arrive au sommet est indiquée sur la dernière version des cartes Michelin 1:200 000, ça n'était pas le cas avant, c'est comme ça que je l'ai découverte car si tu passes à coté, ça n'est pas évident de se dire que cette route nous mène au sommet.
  4. bobet53
    Cher Bast, Habitant le nord beaujolais, et croyant naïvement connaitre toutes les ascensions du coin, j’avais des fourmis dans les jambes à l’idée de me frotter à ce Mont Soubran que je ne connaissais que sur la carte. Tes photos magnifiques m’ont donné envi de découvrir ça . Aussi, dès aujourd’hui, je profite d’une journée de repos (et des derniers jours de beau temps peut être avec une tenue été…) pour partir à sa découverte. Je suis parti à proximité de Belleville et pour commencer je suis aller à Saint Lager pour faire le Mont Brouilly (quelle jolie vue au sommet et quelle belle montée!!). Je vais ensuite au Perreon par La Varenne et ascension de la croix rosier (que je préfère à la croix montmain par la même route) ; je suis ensuite descendu sur la croix marchampt ; en haut de ce col je suis descendu un peu pour relier la route que tu indiquais. J’avais déjà pris cette route reliant la croix marchampt à la casse froide (et il y a de ce côté une portion de 100m avec un pourcentage hallucinant, faut pensez à changer de braquet dans la descente …) et j’ai trouvé la petite route qui mène au Mont Soubran. Il y a un petit portail àfranchir et quand j’était passé devant je pensait que ça menait à un pré à vaches). Ensuite là aussi le pourcentage est costaud, l’ascension dure km peut être… sur une route vraiment en mauvaise état. Et là quelle vue !! Merci de m’avoir fait découvrir ça ! C’est aussi beau quand haut de la tour du saint rigaud et ce paysage à 360° ! Je suis ensuite reparti à la casse froide puis descendu sur saint didier et pris la route qui mène vers le Vernay, jusqu’à Chenelette (c’est une jolie route avec peu de circulation et avec une superbe vue sur le Mont Tourvéon pendant la montée ). A Chenelette j’ai été jusqu’à la fontaine du saint rigaud, mais le reste de la route non goudronnée était trop boueuse pour continuer ; tant pis pour la vue cette fois. Je suis ensuite redescendu au col de crie, puis direction les Ardillats jusqu’au Dépôts. Puis Quincié (assez fatigué….) , les samsons et re-mont brouilly par l’autre versant (quand on aime…) et retour à Belleville. Bref une rando magnifique avec une découverte grâce à toi. Merci
  5. bobet53
    salut Bastien, j'ai parcouru tous les articles que tu as écris sur le beaujolais mais as-tu emprunté les cols autour de jullié, le col de la sibérie, col de boubon. C''est des coins sympa; ces cols sont pentus (5/6%) et il y de jolis points de vue. Si tu le souhaites on peut se prévoir une ballade un jour où tu reviens dans le beaujolais (hésite pas à m'envoyer un mail)
  6. Bast
    Merci pour le compte rendu, eh oui, parfois on trouve des routes à coté de chez soi dont on ne soupçonnait pas l'existence. Celle du Mt Soubran, est très courte, mais il faut déjà atteindre son "pied", et c'est une curiosité intéressante. Je suis passé aux cols cités (de la Sibérie, de Boubon...), mais ils sont encore un peu plus loin ceux là, peut-être y repasserai-je un jour ?
  7. bobet53
    salut bastien, je calculais le pourcentage du col de la croix rosier depuis la creuse (où ca commence à grimper): alt:324 m et au col on est à 721m donc presque 400m de d+ sur une distance de 5.3 km cela fait 7.5%. C'est autant que la croix de Thel. Cette montée est donc la plus pentue du beaujolais?
  8. Bast
    C'est fort possible, le St Rigaud n'a pas cette pente moyenne (trop irrégulier), après il y a la Casse Froide qui est similaire. Sinon il faut aller coté Mts du Lyonnais pour dépasser ces chiffres...
  9. Paricia
    Hello Bastien ! Le temps des vacances venu, je parcours à nouveau tes articles, un vrai bonheur ! Superbe ce parcours dans le Beaujolais, avec quelques montées inédites. Tu as raison, le Mont St Rigaud n'est pas très connu des cyclistes locaux (euh, me souviens d'une vieille dame qui disait que l'eau de la source du St Rigaud était bénéfique pour la procréation !!). Je redécouvre le Beaujolais cet été, pour de courtes sorties - c'est ma région d'origine, et je devrais revenir m'y installer d'ici un an. J'espère bien pouvoir profiter d'un beau week-end de septembre ou octobre pour aller découvrir certaines de ces montées dont tu parles. Bon été à toi ! Encore de belles découvertes au programme, j'imagine !
  10. Bastien
    Hi Patricia, Merci pour le commentaire, j'attends aussi l'automne pour revenir un peu dans le coin décrit dans cet article (même si je traine parfois du coté du Joncin), il est bon de faire le St Rigaud au moins une fois par an .... :wink: En Automne la région est vraiment belle, et les sorties sur les petites routes sont vraiment agréable.

Laisser un message

*

captcha *