Tête de la Cula – Montagne du Cristillan


Tête de la Cula 3121m

Il y a près d’une année, j’ai eu le plaisir de rencontrer Marc Liaudon lors d’une concentration du club des Cent Cols au col de Fontrijole. Marc aime la montagne, les cols et le vélo; la preuve: son compteur a dépassé le nombre de 7300 cols différents. Il a aussi participé à de nombreuses cyclos, comme 3 Paris-Brest-Paris, Lyon-Mt Blanc-Lyon ou des Nice-Genève en autonomie en 25h ou un « super Nice-Genève » en 35h (voir plus bas pour les parcours).

Nous voici donc basés à Guillestre aux portes du Parc Naturel Régional du Queyras. Ce parc, de l’Izoard et du Bric Froid (3302m) au nord au col de Serenne au sud (2674m) et épousant la frontière Franco-Italienne à l’Est, sera notre terrain de jeux pour un week-end; avec ses 603 km² il propose une grande diversité de cols et de parcours souvent à plus de 2 000m.

Pour ce samedi 11 septembre, c’est la Montagne du Cristillan que nous avons choisi. Elle culmine à 3096 mètres d’altitude. Auparavant, nous serons passés par la Tête de la Cula, un sommet à 3121m. Nous monterons par le vallon du Cristillan dont la partie haute, orientée NE/SW est parallèle à la vallée de l’Ubaye, ces deux vallées étant séparées par la crête du Cristillan. De quoi nous occuper pour la journée, et profiter de beaux panoramas.

De Guillestre (945m), nous partons donc dans la fraicheur matinale, seuls les sommets de l’Oisans, des Ecrins, et du Queyras sont illuminés des premiers rayons d’un soleil qui ne nous quittera pas de la journée. Nous franchissons les gorges du Guil, puis, au lieu de continuer sur la Combe du Queyras, nous bifurquons à droite pour rejoindre Ceillac, vieux village à plus de 1600m d’altitude dont nous apprécions les petites ruelles et la place de l’église avec son cadran solaire. La route continue ensuite à s’élever et nous roulons dans une grande tranquillité à peine perturbée par le bruit du torrent du Cristillan que nous remontons. A 2009m, la route prend fin. C’est désormais une piste qui nous permet d’atteindre l’Étable des Génisses (2156m) puis un sentier, parfois cyclable, souvent raide et de plus en plus caillouteux.

A 2600m se trouve l’ancienne cabane des douanes où nous rechargeons nos bidons. Il nous reste plus de 500m de dénivelé pour atteindre la Tête de la Cula, non des moindres car le sentier est rude, le poussage et le portage sont souvent de mise. La Tête de la Cula nous fait face, la Montagne du Cristillan est sur notre droite, la progression est lente mais nous parvenons à un col géographique non répertorié sur le versant nord de la Tête après avoir dépassé la barre symbolique des 3000m d’altitude. Le Tête de la Cula est ensuite franchie, la vue est exceptionnelle. De là haut, St-Véran, plus haut village d’Europe à 2050m d’altitude, semble presque être en fond de vallée, face à nous l’Observatoire du Pic de Château-Renard, une large piste (cyclable à 100% ?) permet de s’y rendre, à 2931m (et si c’était ici, le plus haut point cyclable de France ?). Plus loin, nos regards se tournent vers l’Italie et le Mt Viso, sommet emblématique à 3841m. En dépit du temps formidable que nous avons, il est dans les nuages, la Nebbia (voir plus bas).

Le Queyras reçoit des perturbations atlantiques très affaiblies. La plus grande partie du territoire de la vallée est marquée par une sécheresse qui rend le ciel limpide et augmente à l’extrême les contrastes de températures liés à l’altitude. Ces aspects font que des espèces animales ou végétales, aux affinités climatiques très diverses peuvent s’y rencontrer. La zone du mont Viso reçoit par l’est l’humidité de la nebbia, sorte de « mousson » qui favorise l’existence de végétaux et d’animaux exigeants en eau. La Nebbia est la vapeur d’eau abondante dégagée par le Bassin du Pô, qui s’élève avec la chaleur, se condense en altitude et enfin forme des nuées épaisses en rouleaux » qui mouillent les rochers et les pelouses alpines jusque sur le versant queyrassin où l’air sec les dissipe. Ce phénomène lié à l’ensoleillement se manifeste en été en moyenne 1 jour sur 3 : la mer de nuages apparaît vers 10 heures pour disparaître au coucher du soleil.

Nous redescendons ensuite versant Nord-Est pour atteindre en aller-retour le Pas de la Cula (3085m). Un premier col à 3091m n’est pas le Pas que nous recherchons, alors nous poursuivons, jusqu’à nous arrêter à environ 150m de celui-ci car le sentier devient inexistant et l’endroit est particulièrement acrobatique. Nous repartons vers la Tête de la Cula pour nous engager sur la crête de la Montagne du Cristillan (Nord > Sud, via le point culminant à 3096m). Le col de la Cula (3070m) est marqué par un panneau en bois. Nous mangeons tranquillement, le temps semble s’être presque arrêté pour notre passage: pas de vent, soleil, chaleur relative (possibilité de se mettre en manches courtes). La suite est une succession de montées et descentes aériennes via un sentier qui peine à subsister dans cet univers rocailleux. Nous franchissons le Col Nord du Cristillan (3032m) et le Col Sud du Cristillan (2957m). Entre les deux se trouve un point haut du Cristillan, à 3056m, la vue y est également superbe.


Col Sud du Cristillan 2957m

Au col Sud, un sentier descend rapidement en lacets pour rejoindre notre sentier initial utilisé pour monter, peu avant l’ancienne cabane des douanes. La descente est rapide, souvent sur nos vélos, nous profitons des belles couleurs de fin d’été. Tout au long du parcours, des marmottes nous auront saluées de leur présence, elles sont omniprésentes dans cette région encore bien préservée.

Principe: relier Genève en partant de Nice, en un minimum de temps et surtout en totale autonomie, sans voiture suiveuse. Parcours Nice Genève: Nice > Bonette > Vars > Izoard > Lautaret > Galibier > Madeleine > Aravis > Genève. Pour le super Nice Genève, remplacer Lautaret-Galibier – Col de la Madeleine par Col du Montgenèvre > Col du Mont-Cenis > Col de l’Iseran > Cormet de Roselend > Col des Saisies puis retrouver Flumet et le Col des Aravis.

rédacteur du site
  1. aboju
    Superbe rando et comme toujours de très belles photos. J'avais fait cette balade (dans l'autre sens) mais à pied http://cyclo-rando.over-blog.com/article-35665869.html. La pente y est rude et je n'avais même pas envisagé qu'on puisse monter là-haut en vélo... Petite remarque : à l'époque, la pancarte (col nord Cristillan) tenait encore sur son poteau (lol)
  2. veyret Bruno
    Bonsoir, La piste du pic de Château-Renard, ça m'a l'air intéressant! Est-ce que quelqu'un en connaît les recoins?
  3. Bast
    Oui j'ai vu l'article sur cyclo rando ! On peut monter à beaucoup d'endroits avec un vélo, tout dépend surtout du taux de portage/poussage que l'on est prêt à encaisser :) Mais cette sortie n'est pas si terrible, on pousse sur les sommets mais on a aussi souvent roulé avec une bonne partie de goudron également. Le pic du Chateau Renard est à essayer, la vue y sera moins impressionnante et dégagée que la Tête de la Cula, mais cela m'a l'air (presque totalement ?) cyclable.
  4. Bast
    Photo de M.Liaudon: Observatoire du Pic de Château-Renard 2931m
  5. will
    Formidable. Tu as fait des routes fantastiques récemment. Bravo!
  6. veyret Bruno
    Bonsoir, C'est vrai bravo et merci, rien que de voir la photo, je m'y ... vois déjà! Pile le style de montée que j'aime: des lacets à flanc de montagne une vue dégagée: comme au plateau d'Emparis et à près de 3000m!!
  7. Bac-david fred
    Bravo! superbe rando! super photos....
  8. Bast
    Merci fred :wink:
  9. Bigdams38
    Je l'avais loupé celle là. Maginifique et grandiose ! Je pense pas que j'aurais eu le coourage de me lancer là dedans. Bravo
  10. Bast
    Merci, une sortie à éviter seul et à faire par très beau temps évidemment.

Laisser un message

*

captcha *