Quelques lieux méconnus


Herraduras en Irei et Beillurti - Source: http://apmforo.mforos.com/

En France, le club des Cents Cols recense plus de 2 400 cols routiers, il y aussi toutes ces montées, innombrables, qui ne sont pas des routes de cols; il faut mesurer la chance de vivre dans un pays avec une telle variété de paysages et des massifs montagneux regorgeant de curiosités et de possibilités sur une superficie très réduite à l’échelle mondiale. Si on demande à un cycliste français ou étranger quelles montées il aimerait faire, il répondra certainement le Galibier, le Ventoux, l’Alpe d’Huez, le Tourmalet, ce sont des ascensions rendues célèbres par le Tour de France. Personnellement, en plus de ces montées célèbres, j’ai toujours eu des rêves d’ascensions de montées plus méconnues pour le grand public, souvent des petites routes à forts pourcentages dans des paysages à la hauteur de la difficulté de ces ascensions. En voici une petite liste non exhaustive, et en dépassant parfois un peu la frontière.

Vosges

Le Grand Ballon par le col du Haag

Il existe de nombreuses voies possibles pour parvenir au sommet de la route en contrebas du sommet des Vosges. En vélo, j’ai fait la route des crêtes pour y parvenir mais je souhaiterais y revenir pour les autres voies et en particulier pour la montée du col du Haag. Je pense qu’il s’agit de la plus difficile montée des Vosges, sur une petite route en état douteux (mais cyclable), très irrégulière, avec de forts pourcentages.

Alpes

Mt Colombis

A partir de la vallée de la Durance, rien de tel que de s’offrir une montée du Mt Colombis qui du haut de ses 1733m d’altitude offre une vue panoramique sur le lac de Serre-Ponçon et son environnement. Cette ascension doit être l’une des plus méconnues des Alpes françaises alors qu’il est rare de trouver aussi difficile: 11,6 km à 9,1% de moyenne (1054m de D+). Cela ressemble au Grd Colombier Ouest avec un peu moins de distance et de pourcentages extrêmes, c’est une petite route dont le profil kilométrique masque l’irrégularité et les hauts pourcentages (jusqu’à 16%).

Colle del Nivolet


Colle del Nivolet - Source:flickr.com/photos/l_mastropietro/4547683826/

Le Nivolet (2 612m) est situé à l’Est de l’Iseran mais coté italien. A proximité du Grand Paradis, sommet à plus de 4 000m, ce col se grimpe par une route en cul-de-sac récemment goudronnée. La dénivellation peut y être importante avec plus de 1 900m et presque 40 km de montée dans un cadre final spectaculaire parsemé de lacs de montagne.

Col du Parpaillon

Le plus haut col de ma liste (2 743m), et non goudronné dans sa deuxième partie. Voilà pourquoi il faudra préférer des roues un peu plus solides que celles d’un vélo de route classique. Ce col relie la vallée de l’Ubaye à l’Embrunais et a une longue histoire. Cette route stratégique de l’armée a été plus ou moins délaissée par celle-ci et le col de Vars, moins haut, a été préféré pour l’entretien d’une route goudronnée (la route des Grandes Alpes). Au sommet, un tunnel passe en dessous du vrai col et permet de rejoindre le versant opposé.

Jura

Beaucoup auraient tendance à croire que le Jura ne propose pas de rudes ascensions, ce massif est souvent ignoré des grandes courses cyclistes et il est plutôt cantonné à un rôle de faire valoir pour des étapes dîtes de transition, pourtant on y trouve un nombre relativement important de montées difficiles à la hauteur de celles proposées chez son voisin les Alpes. J’ai roulé sur les deux plus dures ascensions jurassiennes que sont le Grd Colombier et le Mt du Chat mais il y en a beaucoup d’autres à découvrir plus au nord et sur la principale ligne de crête, la plus haute, et la plus à l’Est. Car le Jura a ceci de particulier qu’il est comme un escalier montant d’Ouest en Est avant l’effondrement du lac du Bourget aux lacs de Neuchatel et de Bienne en passant par le lac Léman. Ceci nous garanti, par beau temps, des vues uniques aux sommets sur le reste du Jura, sur les lacs et les Alpes. Souvent, les routes montent à proximité des sommets pour rejoindre des fermes d’alpage, elles sont donc en cul-de-sac, à forts pourcentages, et à fréquentation modérée. Voici une liste de quelques montées remarquables (j’ai déjà grimpé la Barillette également).


Sur la route du Chasseral - Source: mtb-news.de

Chalet du Mt Tendre

La route étroite et en bon état permet de monter au chalet du Mt Tendre qui est le sommet le plus haut du Jura Suisse (1 679m), le chalet étant situé en contrebas à 1 615m, il s’agit de la plus haute route goudronnée du Jura. Pour parvenir là-haut, il faudra grimper pendant 10 km pour 900m de D+ avec les 9 derniers kilomètres à environ 10% de moyenne… En haut, vue sur le Léman, le Jura et les Alpes.

Chasseral

Dans le Jura Suisse, le sommet à plus de 1 600m le plus au nord. En haut, une station de télécommunication peut-être peu esthétique mais reliée par une route en excellent état qui promet une longue grimpée via le col du Chasseral (1505m) tout en profitant d’une vue dégagée dans les derniers kilomètres. Le Chasseral permet de contempler le plateau Suisse (avec le lac de Neuchatel), les Alpes suisses, la chaîne du Jura (Suisse et Français), une partie de la Franche-Comté, la plaine d’Alsace, les Vosges et la Forêt-Noire.


Sur la route du Chasseral - Source: mtb-news.de

Chalet du Suchet

Autre sommet du Jura Vaudois culminant à 1 588m d’altitude, le Suchet propose lui aussi une vue imprenable sur le bassin Lémanique, plus de 1 000m en contrebas, et le lac de Neuchatel. Par chance, un chalet a été installé sous le sommet à 1 489m et une route permet d’y accéder. En partant de l’Abergement, les 8 derniers kilomètres sont à presque 10% de moyenne.


Au Suchet - Source:http://lemanduro.bikebox.fr/spip.php?article33

Chasseron

Un peu plus au sud que le Chasseral, le Chasseron d’une altitude équivalente ou presque (à 60cm près, 1 607m pour les deux sommets) est un autre belvédère extraordinaire sur le Jura et les Alpes. Là aussi, une route permet de monter haut jusqu’à l’hôtel du Chasseron.

Pyrénées

Port d’Aula


Port d'Aula - Source:flickr.com/photos/pierreg_09/5859996992/

Probablement le col qui m’attire le plus dans les Pyrénées, il s’agit d’un col muletier à la frontière avec l’Espagne à 2 260m d’altitude. Le cadre y est magnifique, le col est long et dur (18km pour 1560m de D+ soit 8 ,7% de moyenne), la piste est bien tracée, les lacets en pagailles, la vue dégagée en haut, la circulation motorisée interdite, quoi de plus ?

Cirque de Troumouse


Cirque de Troumouse - Source:http://ca.wikipedia.org

A environ 2 100m, l’un des plus grands cirques d’Europe entouré de sommets dépassant parfois 3 000m. Une route à péage permet d’y accéder à partir de la même voie qui mène au cirque de Gavarnie et par prolongement aux cols de Tentes et de Boucharo (départ commun à ces montées : Luz St Sauveur). Encore une ascension difficile qui plus est puisque la dénivellation en partant de Luz atteint presque 1 400m avec un final pentu.

Pyrénées: Pays Basque


Errozate - Source:http://apmforo.mforos.com/

Le Pays Basque est peut-être la région avec la plus forte concentration de côtes et cols méconnus et très difficiles. Un rêve pour cycliste aimant les pentes à (très) forts pourcentages sur des routes pastorales et donc étroites. En plus les paysages sont particuliers et si l’on arrive à avoir du beau temps, on ne peut qu’apprécier cette région (même si un temps pluvieux et brumeux peut aussi rendre spectaculaires certaines photos, mais dans ce cas, aucune chance d’apercevoir la mer et de profiter des larges panoramas qu’offrent certains sommets accessibles).

Col d’Arnosteguy par le pic de Beillurti

A proximité de St Jean Pied de Port, en partant du village d’Arneguy, la montée vers le pic de Beillurti est terrible avec 6,7 km à 12,7% de moyenne et des pourcentages dépassant parfois 20%. Il vaut mieux s’échauffer avant d’entamer la montée car le premier kilomètre est à plus de 18% de moyenne ! La route arrive sous le sommet à 1 093m et l’on peut ensuite rejoindre le col d’Arnosteguy (1 236m).

Artzamendi

L’Artzamendi est un sommet du Pays Basque ne dépassant pas 1 000m d’altitude (926m), une route parvient en haut d’où la vue est très vaste. Auparavant la vue est dégagée également mais difficile de profiter du paysage avec les 4 derniers kilomètres dépassant parfois les 15%… Avec un départ pratiquement au niveau de la mer, le dénivelé est important.

Cols de Burdincurrutcheta, de Bagargui et de Sensibilé

Ces deux premiers cols sont plus connus que les montées précédentes car sur des routes plus fréquentées. Le TDF a déjà franchi le Bargargui (1327m) avant d’enchainer sur le Burdincurrutcheta (facile de ce coté là), on se souvient de la chevauchée fantastique d’Hamilton avec une clavicule fêlée et en hommage à son chien Tugboat décédé récemment. Déprimé mais vaillant Hamilton s’en allait gagner à Bayonne.

Ces cols ont des pourcentages dépassant facilement 10% dans de superbes paysages.

Pour le col de Sensibilé (1545m), il est juste à coté et est considéré selon une méthode d’un membre 100 Cols comme le plus dur col de métropole (en passant par Phagalcette en venant du nord puis Oyhanbeltze).


Burdincurrutcheta - Source:http://apmforo.mforos.com/

rédacteur du site
  1. PhilippeF
    excitant, ça me fait penser à une liste au Père Noël ! ;-) en tout cas vivement l'été, j'espère en faire au moins 2 ou 3 des Alpes... merci
  2. Bast
    Oui Philippe, c'est un peu une liste au Père Noel :lol: Pour moi ça va être dur de faire ces montées cette année, peut-être le Grd Ballon et le Mt Tendre, voire quelques cols des Pyrénées (une traversée ?).
  3. SCHAEFER
    Bonjour, la Route qui mène au grand Ballon (dit aussi Ballon de Guebwiller, 1 424 m) culmine à 1 344 m ; c'est la 2ème route goudronnée la plus élevée du Massif Vosgien. La plus élevée est celle qui, de la Route des Crêtes (à 4 kms du Col de la Schlucht) mène au Hohneck (1 361 m). La route goudronnée la plus élevée de la Forêt Noire, le massif "frère" des Vosges, est celle qui mène au sommet du Feldberg (1 493 m), interdite aux voitures dès que l'on quitte la route fédérale du Feldberg (altitude 1 225 environ). Bonnes randonnées cyclistes ! Pierre, de Strasbourg-Holtzheim
  4. Double J
    Super site, superbes photos, un retour en vacances dans les ascensions Basques ! Un chasseur de cols se doit de connaître le pays Basque ! Mais tu n'as jamais arpenté nos Cévennes ?!!?
  5. Bast
    Eh non, pas encore de sorties dans les Cévennes ! Heureusement que je n'ai pas encore tout fait...
  6. Grimpette
    Bjr, Magnifiques photos une fois de plus. Je suis déjà monté en vélo de route jusqu'au col de Pause dans les Pyrénées (1545m), col situé dans la montée du Port d'Aula, et très pentu. La partie non goudronnée est très difficile en raison de l'état du chemin, de la terre, des cailloux et des tranchées d'évacuation des ruissellements d'eau. Mais quel satisfaction d'arriver en haut. Je n'ai pas poussé jusqu'au port d'aula, cela reste à mon avis infaisable en vélo de route (pneus de 23!), il faut un bon VTT, et surtout de très bonnes jambes tellement la pente est rude.
  7. Bast
    Bonjour, merci pour ces précisions sur le col de Pause et le Port d'Aula, que j'espère faire un beau jour... Il est vrai que les pourcentages sont corsés avec de nombreux kilomètres entre 7 et 11%.

Laisser un message

*

captcha *