Une incursion dans le Vercors par la Combe Laval

21/07/2012 – Photos de Simon – Une sortie un peu fraîche dans la partie Ouest du Vercors, à travers ses cols et forêts et via le col de la Machine et la Combe Laval.

Les possibilités au départ de St-Jean-en-Royans ne manquent pas: col de Tourniol, de la Bataille, Combe Laval… C’est cette dernière que nous choisissons pour monter le col de la Machine (1011m). La route est plutôt corsée pour monter là-haut (passage au col Gaudissart, 889m), mais le final est grandiose avec un long replat pour profiter de la vue sur la Combe.

Il vaut mieux se dépêcher pour faire ce genre de routes qui ferment les unes après les autres dans le Vercors, trop d’entretiens nécessaires pour assurer la sécurité. Il faudrait y mettre en place des travaux d’intérêts généraux: cela serait rendre hommage à ces ouvriers qui ont construit ces routes incroyables il y a souvent plus d’un siècle. Ces routes ne devraient pas être abandonnées, elles sont aussi un excellent atout touristique.

Après le col de la Machine, un petit détour vers le col de l’Echarasson (1146m). De ce coté, c’est une formalité, assez peu intéressante d’ailleurs (faux plat montant en forêt). De l’autre, c’est un 1ère catégorie de 12km à plus de 7%. C’est là qu’Ullrich avait attaqué Armstrong alors qu’il avait déjà perdu le Tour (l’une de ses plus mauvaises années, en 2004).

Le col de Carri (1202m) ensuite s’atteint facilement puis c’est une belle petite descente vers la Chapelle-en-Vercors avant de remonter sèchement pour le col de la Croix Chatelar (1026m), c’est court, en cul-de-sac, tranquille en haut.

Aux Baraques-en-Vercors, nous passons à coté d’une grande grille, c’est la sortie des Grands Goulets, autre route grandiose du Vercors, aujourd’hui fermée et interdite.

Ensuite j’appellerai ça une petite erreur d’aiguillage. Je pensais faire quelques cols vers 1300-1400m mais nous nous sommes vite retrouvés sur une piste et avons donc fait demi tour. Le Pas des Bouches est routier mais doit se prendre plus au Sud et le col de la Berche s’atteint par une piste.

Tant pis, la région fourmille de cols, nous repartons donc vers la Chapelle pour manger sur la place du village. Le temps n’est vraiment pas estival. Alors nous ne tardons pas et filons par le col de Proncel (facile, 1100m) pour attaquer quelques kilomètres pour pas plus de 300m de dénivelé mais ce sont des kilomètres costauds pour atteindre le col de Lachau (1337m), en plus la vue est magnifique.

Le prochain col, point culminant du parcours, est également une surprise, c’est le col de la Baume (1475m) qui n’est pas routier comme le prétendait mon catalogue de cols (pour une fois que je ne regarde par les cartes avant de partir…). C’est heureusement une belle piste, faisable en vélo de route. C’est un col isolé, toujours en forêt sauf une partie de la descente qui est plutôt plaisante.

Une fois de retour sur la route, nous montons un peu pour le col de Taillebourse (1165m) et le col de la Portette (1175m), puis entamons la longue descente franchissant les cols du tunnel du Pionnier (1029m) et de la Croix (722m).

rédacteur du site
  1. PhilippeF
    on n'est jamais déçu dans le Vercors ;-)
  2. Bast
    C'est pas faux. Par contre on a souvent un temps moyen je trouve ;)
  3. Loic
    Joli voyage dans le vercors. les routes a flan de roche sont magnifique. Vivement le beau temps que l'on puisse les arpenter. Pas mal la nouvelle charte graphique du site ! SI jamais un jour tu te décides à retourner dans le vercors essaye le col de la Bataille. La vue au sommet est superbe !
  4. Bast
    Merci Loic, c'est sûr que ces routes sont toujours impressionnantes et bien agréables à vélo. Pour le col de la Bataille, c'est fait, j'en parlerai plus tard.
  5. Vincent
    Hello, Je vois avec bonheur que ton site vit à nouveau! Je me réjouit à l'avance de voir de nouveau tes images et les comptes rendus de tes sorties! Le Vercors est un de mes massifs préféré et de loin ; une bonne partie de ma famille est sur la chapelle en Vercors, j'y vais donc très souvent! Ta remarque sur les routes est on ne peut plus pertinente. J'en discutait encore avec ma grand mère cette année qui me disait que le tunnel des Goulets était une bénédiction pour eux (plus besoin de descendre par le col de la machine pour aller chez le toubib en urgence...) mais en même temps qu'après l'avoir réclamé, la population demandait la réhabilitation de l'ancienne route car elle drainait un paquet de touristes! Et pour ceux qui ne connaissent pas la région en automne... allez y pour vous y reposer, c'est calme! Sans tourisme ces régions sont vouées à mourir à petit feu, malheureusement. Amitiés Cyclo Vincent
  6. Bast
    Salut Vincent, merci pour ton commentaire. C'est certain que le nouveau tunnel doit être fort utile pour les locaux, et plus sécurisant forcément; donc c'est une bonne chose mais il a coûté beaucoup d'argent aussi. On est pas près de revoir les Grands Goulets ré-ouverts, le chiffrage des travaux nécessaires et de son entretien doit pouvoir être fait, approximativement, et cela doit décourager (les chiffres sont certainement énormes, avec les méthodes d'aujourd'hui). Pour l'apport touristique, le bénéfice est forcément plus difficile à estimer et plus ténu (car réparti dans la région). Ce ne sont pas non plus les mêmes acteurs...

Laisser un message

*

captcha *