J3 : Hôtel du Chasseron – Auberge des Joncs

Route du Chasseron - Photo de Mat

Route du Chasseron – Photo de Mat

Ce matin, j’ouvre les volets du dortoir, nous espérons faire quelques photos avec la lumière du matin en particulier sur le côté Jura. Déception : l’hôtel est dans le brouillard, on y voit plus à 50m. Nous descendons prendre le petit déjeuner tranquillement, petit à petit le brouillard semble s’en aller, parfois nous apercevons quelques secondes le lac de Neuchatel avant d’être replongés dans l’ombre. Finalement, nous quittons le Chasseron avec un peu de soleil. La journée ne devrait pas être trop longue car le parcours ne fait que 100km, nous allons passer du Jura aux Alpes. Je ne suis pas très tranquille car peut-être que le voyage s’arrêtera là avec mon problème de chaîne, j’espère que le magasin de vélo repéré la veille sera ouvert et que le vélociste réglera le problème.

Je me laisse glisser sans pouvoir donner un coup de pédale jusqu’à Ste Croix puis marche un peu pour remonter au magasin. Déjà il est ouvert, nous entrons puis j’explique le problème. Le vélociste prend directement en charge la réparation. Il est professionnel, je fais plusieurs essais en remontant au col des Etroits pour vérifier les réglages. Il est question un temps de changer la cassette arrière, ce qu’il fait afin de mettre une chaîne neuve sur des pignons neufs. Au final, cela ne sera pas nécessaire et je repars avec seulement une chaîne changée et les vitesses réglées. Je suis content même si un peu refroidi par le coût (la main d’œuvre se paie cher, même si je m’y attendais) et avec tout de même l’appréhension de recasser un peu plus loin, là où il n’y aura pas de vélociste…

Finalement, je n’aurai plus de problème mécanique. Le vélociste a fait du bon boulot.

Descente du Chasseron vers le lac de Neuchatel

Descente du Chasseron vers le lac de Neuchatel

La descente de Ste Croix (ou du col des Etroits) est plutôt sympa et longue, sans pente très raide. Au total, la montée du Chasseron fait plus de 1000m de dénivelé avec les derniers kilomètres raides.

Pas grand-chose à signaler sur les 60 kilomètres suivants, si ce n’est que cela parait plutôt plat vu du Chasseron mais qu’en réalité ça monte et ça descend très souvent. Nous passons de nombreux petits villages et il n’est pas évident de trouver à manger… Le réseau routier est assez dense et nous trouvons des petites routes agréables et peu fréquentées. La route forestière pour approcher le col du Chalet à Gobet (866m) est sympa. Le col en lui-même se trouve sur une route dangereuse que nous quittons presque aussitôt l’avoir rejointe.

Petit à petit, nous reprenons de l’altitude, passons du canton de Vaux au canton de Fribourg, et c’est à partir de la petite ville de Châtel-St-Denis (800m) que l’on peut dire que la montée dans les Alpes et le col de Rathevel (1233m) débute vraiment. La route de ce col culmine à 1310m, et pour atteindre cette altitude, il va falloir appuyer fortement sur les pédales car, comme attendu, nous entrons dans le petit monde des routes d’alpages suisses à forts pourcentages. Il y en a beaucoup à l’Est du Léman. Cette route est superbe, avec des vues sur le lac, une grande tranquillité et donc des pourcentages. Le col est atteint en redescente après le passage d’une auberge. Il est réel mais non indiqué par un panneau ni la carte suisse au 1 :25 000.

Quelque part entre les Alpes et le Jura - Photo de Mat

Quelque part entre les Alpes et le Jura – Photo de Mat

Une fois franchi, nous prenons une route forestière qui contourne la montagne, de nouveau dans une pente assez soutenue en montée. Puis à 1407m (maison forestière) nous la quittons après avoir changé de chaussures : un chemin nous amène en 500m à une autre route desservant une ferme d’alpage. Cette route permet de rejoindre en quelques minutes le col de Villard (1459m). La vue est belle de ce col en cette fin de journée et nous discutons longuement avec 2 vététistes locaux.

Col de Villard - Photo de Mat

Col de Villard – Photo de Mat

Le col de Villard est donc un col qui est presque en cul-de-sac, avec un versant nord goudronné seulement sur quelques centaines de mètres (jusqu’à la ferme d’où nous venons). Son versant sud, que nous descendons en partie, permet une longue montée à partir de Châtel-St-Denis. Une longue et dure montée sur la fin, car les 2 derniers kilomètres sont vraiment impressionnants par la raideur de la pente en lacets. En descente, il faut s’accrocher aux freins.

Nous rejoignons la station Les Paccots à environ 1050m, non s’en s’être trompés de route un temps, car nous avons loupé un virage à 180°.

La descente du col de Villard

La descente du col de Villard

L’hébergement pour la nuit est un peu plus haut, c’est l’auberge du lac des Joncs, à 1235m, accessible par une route passant au col des Joncs (1197m). Le calcul est rapide, il n’y a même pas 200m de dénivellation positive. Sauf que là encore la route est extrêmement raide, avec dès le début une ligne droite à 15% puis après un passage jusqu’à 20%. Ajouté à cela une route moyenne en train d’être refaite et l’arrivée au sommet est plus qu’appréciable…

Auberge du lac des Joncs
Nous avons été accueillis de manière très chaleureuse par ce qui est certainement la fille du propriétaire. Nous avions deux chambres, très propres, spacieuses et bien décorées. En plus, nous avons très bien mangé avec une bonne fondue… Vélos rangés à l’intérieur près de la cuisine, et petit-déjeuner servi un peu plus tôt que d’habitude suite à notre demande.

Coordonnées

rédacteur du site
  1. bosses21
    Salut Bast, merci de nous faire découvrir ce "quelque part" entre Jura et Alpes, ces cols méconnus, ces lacets magnifiques et ce bel esprit d'aventure et de découverte.PS 1 : quand tu dis que certaines montées sont très dures, il y a peut-être les pourcentages mais il y aussi le poids des sacoches et sacs à dos !PS 2 : ce serait sympa de joindre à tes CR les profils que tu as réalisées dans ton intro afin de mieux se projeter sur le parcours.
  2. Bast
    Salut Joris, alors il est toujours difficile de classifier une montée parmi d'autres en terme de difficulté; cela dépend de nombreux paramètres, la charge, la condition physique, la météo, la situation dans le parcours, la motivation... J'essaie d'être objectif si je parle de la difficulté tout en restant assez vague (gros pourcentages... montée difficile...) et je ne prends pas en compte la charge des sacoches qui n'a rien à voir avec la difficulté du col proprement dite. Pour cette journée, le col de Rathevel est un col assez dur oui avec pas mal d'irrégularités tout de même, la difficulté est limitée selon moi par la dénivellation qui n'est pas très importante. Le col de Villard est également très irrégulier en montant par Châtel, avec un long faux plat montant sur une portion mais les 2 derniers kilomètres sont assez terribles, on ne voit pas très souvent des pentes comme cela. C'est en tous cas ce qui m'a marqué. Enfin, pour revenir sur le sujet des sacoches, nous n'étions pas trop chargés, on devait avoir 7-8kg chacun maximum, donc ça pèse forcément mais c'est pas non plus le poids du Touring avec les sacoches sur porte bagage.
    PS: une fois je ferai un article qui classera les plus dures montées que j'ai faites.

    Pour ta demande sur les profils, j'y avais pensé mais j'ai préféré privilégier les photos. Je vais mettre un lien vers chaque profil correspondant à l'article.

Laisser un message

*

captcha *