J5 : Mont Colombis

Une arrivée au sommet en beauté - Photo de Mat

Une arrivée au sommet en beauté – Photo de Mat

Pour cette dernière journée, nous avons prévu seulement une montée, celle du Mt Colombis (1 734m). Ce sommet mythique pour les cyclistes présente un profil vraiment difficile avec 12 km pour 1060m de dénivelé soit 8,8 % de moyenne.

En vélo de route, la montée doit se faire en aller-retour. Le Mt Colombis ne s’inscrit donc pas trop bien dans un parcours.

A l’Ouest du lac de Serre-Ponçon, la route commence à grimper du côté du village de Remollon dans des pourcentages autour de 7%. Rapidement, nous arrivons, chacun à notre rythme, au hameau de Théus. C’est un bel endroit avec de vieilles maisons et la route, étroite, devient beaucoup plus raide avec environ 17%. JP, lui, manquera le panneau indiquant la direction du Mt Colombis et aura droit à une route encore plus raide pour rejoindre la sortie du hameau.

La montée est difficile et cette impression peut être renforcée par le goudron de la route et par la chaleur, nous grimpons plein Sud.

Après Théus, le paysage devient plus sauvage jusqu’au sommet. La forêt est rare, l’endroit est vraiment plaisant et tranquille. La route est très irrégulière, il y a quelques passages très raides alors que d’autres permettent de souffler. Le sommet est visible très tôt, et on peut apercevoir à mi-montée la route dans la falaise tout en haut. C’est le meilleur passage, entre le 10ème et 11ème kilomètre, nous avons 13,3% de moyenne et une superbe vue sur la vallée de la Durance.

Ce kilomètre franchi, l’ascension se termine dans les bois avec encore quelques beaux pourcentages. L’arrivée est bien sûr un soulagement, les pylônes du sommet sont moches mais j’ai tendance à penser que c’est un peu grâce à leur présence que nous pouvons profiter de cette superbe ascension et de la vue au sommet sur la région et le lac de Serre-Ponçon.

Au final, voilà une montée de plus au palmarès qui doit être faite par tout grimpeur. Le Mt Colombis est fidèle à sa réputation, nous n’avons pas été déçus. Personnellement, pour moi c’est un petit Grand Colombier, un peu moins dur mais au profil très irrégulier. Il entre dans mon top 10 des montées routières les plus difficiles que j’ai gravies.

rédacteur du site

Laisser un message

*

captcha *