J1 – (Lyon) St Jean de Maurienne – Valloire

Col d'Albanne

Col d’Albanne

 

7/08/2015 – Pour cette première journée, je retrouve Simon à Vaise en début d’après-midi. L’été est très chaud à Lyon, aujourd’hui il fait 40°C à l’ombre. Après un déraillage (déjà), nous filons le long des quais de Saône puis en direction de la gare. Le billet pris, nous montons sur le quai en attendant le train. Nous avons simplement noté des hébergements mais sans réservation. Alors nous appelons 2 gîtes du coté de Valloire ainsi que l’office de tourisme, tout est complet ! Je regarde sur Booking et il y a une offre intéressante dans un hôtel aux Verneys. Je réserve sur le quai et le train arrive, c’est un « vieux » TER. Le voyage est assez long puisqu’il s’arrête dans tous les patelins entre Lyon et St-Jean-de-Maurienne. Il n’y a pas de clim, nous sommes en sueur tout le long du voyage, autant que pour grimper un col, il doit faire pas loin de 50°c et sans air puisqu’on ne peut descendre les fenêtres que de 15cm. En plus, le train prend du retard car évidemment un train tombe en panne devant. Au final nous arrivons à 18h à bon port, la première épreuve a été vaincue !

Vue sur le fort du Télégraphe depuis le col d'Albanne

Vue sur le fort du Télégraphe depuis le col d’Albanne

Aujourd’hui nous allons monter le col d’Albanne (1652m), il se dresse entre Valloire et St-Jean. Pour aller à Valloire (ou au Galibier plus haut) en partant de la vallée de la Maurienne, il faut franchir le col du Télégraphe (11,8km à 7,3% pour 856m de D+). Mais une autre possibilité, beaucoup moins connue, est de passer par le col parallèle au Télégraphe, le col d’Albanne (12,33km à 7,8% pour 957mn de D+). Ce dernier est vraiment costaud, et plus plaisant car la circulation y est moins importante même si la première partie de l’ascension emprunte la route qui monte à la station des Karellis. La montée offre de belles vues sur la vallée puis on emprunte une petite route qui grimpe jusqu’au col. Un peu en contrebas se situe le beau petit village d’Albanne, avec quelques chalets très anciens. La route continue ensuite à descendre en cul-de-sac jusqu’à Albanette mais c’est peu avant ce hameau, au détour d’un virage serré, qu’il faut prendre une piste qui mène jusqu’à l’entrée de Valloire. Cette piste fait que le col d’Albanne reste relativement confidentiel. Elle est plutôt en bon état même si il y a un passage un peu plus accidenté (voir photo).

Vue sur le col du Télégraphe depuis le col d'Albanne

Vue sur le col du Télégraphe depuis le col d’Albanne

A l’arrivée à Valloire, la nuit ne va pas tarder à tomber. Plutôt que de faire les 2 ou 3 kilomètres de montée jusqu’à l’hôtel aux Verneys (sur la route du Galibier), nous décidons de nous arrêter manger une bonne pizza dans la station. Les derniers coups de pédales se feront de nuit. Demain, une journée entière de vélo sur tous les terrains nous attend.

 

La partie non goudronnée en direction de Valloire

La partie non goudronnée en direction de Valloire

Logement : aux Verneys dans « Relais du Galibier », à 1500m au bord de la montée au Galibier (ou au Seuil des Rochilles). Moins de 50€ par personne pour une petite chambre commune avec balcon et un petit-déjeuner à volonté.

rédacteur du site

Laisser un message

*

captcha *